Ils sont venus, ont regardé et sont repartis : L'héritage des transactions foncières à grande échelle qui ont échoué | Land Portal

Article de la serie " Quoi lire "


Après la "ruée vers la terre" de 2007/08, les chercheurs et la société civile ont enquêté sur la rapidité et l'ampleur de ce phénomène ou mis en lumière des études de cas isolés. 15 ans plus tard, les communautés qui ont perdu leurs maisons lors de la ruée vers les terres continuent de se battre pour leurs droits et obtiennent le soutien de la société civile, des organisations internationales et des médias. 

Mais qu'en est-il des impacts négatifs des transactions foncières non réalisées et des luttes connexes qui ont été annulées par les investisseurs ou, souvent, par les gouvernements ? Grain montre dans son rapport “Failed Farmland Deals” que les projets qui ont échoué ou ne se sont jamais concrétisés ont atteint un pic en 2010, mais sont à nouveau en hausse depuis 2017. 

Ce sujet fait l'objet d'une attention croissante. Le troisième rapport analytique de Land Matrix consacre une section entière aux transactions foncières ratées qui sont les plus répandues en Afrique de l'Ouest et de l'Est, souvent liées à des projets de culture de jatropha pour la production de biocarburants. Les raisons de l'échec des transactions foncières varient, allant d'un mauvais calcul à une mauvaise évaluation des réalités sur le terrain, en passant par une mauvaise gestion.

Souvent, nous supposons à tort qu'en cas d'échec ou d'annulation de projets agroalimentaires et forestiers, les terres sont automatiquement rendues à leurs anciens propriétaires ou utilisateurs. En fait, dans certains cas, les communautés peuvent être confrontées non seulement à un manque de volonté politique, mais aussi à des changements durables. Souvent, les transactions foncières s'accompagnent également d'un changement irréversible de la catégorie d'utilisation des terres ou les terres peuvent être transférées à l'État avant la conclusion du contrat. 

 

Pour ce numéro de " Quoi lire ", j'ai passé en revue quatre articles récents qui offrent un aperçu d'une question sous-explorée et des défis conceptuels qui y sont liés. La littérature présentée ici va de perspectives plus générales à des études de cas spécifiques au Laos, en Zambie, au Sénégal et en Tanzanie. Si vous vous intéressez ou faites des recherches sur les acquisitions foncières à grande échelle, ce condensé est pour vous ! 


Inscrivez-vous ici pour recevoir ce condensé dans votre e-mail 

 

 

La valeur des acquisitions foncières à grande échelle dites " échouées"

Par Saturnino M. Borras Jr., Jennifer C. Franco, Tsegaye Moreda, Yunan Xu, Natacha Bruna et Binyam Afewerk Demena,  2022

 

The value of so-called ‘failed’ large-scale land acquisitions

Cet article constitue un ajout intriguant aux aspects peu étudiés du phénomène de la ruée vers les terres en attirant l'attention sur les transactions foncières non opérationnelles. S'appuyant sur la base de données Land Matrix et sur une analyse documentaire, les auteurs ne se contentent pas de quantifier les transactions foncières échouées existantes, mais explorent également leur production et leur impact. En plus de conceptualiser les transactions non opérationnelles - dont ils soulignent de manière critique qu'elles ne sont pas toujours des transactions foncières ratées - l'article utilise le Myanmar et le Mozambique comme études de cas.

Borras et al. commencent par examiner le cœur des transactions foncières, à savoir que les investisseurs et les gouvernements sont tout aussi enclins à la "spéculation et au spectacle". Sur la base de l'analyse documentaire, les auteurs soulignent que les promesses spectaculaires mais vraies de l'abondance des terres, de leur vacuité et de la disponibilité d'une main-d'œuvre bon marché, de faibles coûts et d'exonérations fiscales stimulent les investissements dans les transactions foncières à grande échelle. Dans le même temps, les aspects agronomiques, notamment la qualité du sol et la quantité d'eau, ont tendance à être négligés ou les prospecteurs se laissent prendre aux promesses souvent non prouvées de certaines cultures, telles que le jatropha, qui sont à l'origine de nombreux échecs de transactions foncières. Dans d'autres cas, les terres prétendument "inutilisées" ou "vides" se sont avérées être contestées. 

Dans un deuxième temps, les auteurs examinent de plus près les conséquences des transactions non opérationnelles, en mettant l'accent sur les relations de propriété, le travail, la distribution des bénéfices, la consommation, la reproduction sociale et l'écologie. Premièrement, ils affirment que l'accès à la terre et son contrôle changent dans le sillage d'un accord foncier, ce qui peut poser divers problèmes après le retrait ou la réduction du projet. Deuxièmement, d'un point de vue écologique, Borras et al. soulignent que les accords fonciers non opérationnels peuvent avoir déjà causé des dommages ou modifié les conditions de la terre.

Troisièmement et quatrièmement, l'impact socio-économique et institutionnel sur la tenure formelle et informelle ou coutumière reste plutôt sommaire. La conclusion la plus importante est que certaines terres sont déjà désignées pour des investissements et que, par conséquent, les utilisateurs ou propriétaires précédents peuvent ne pas être en mesure de revenir, même après que l'accord foncier ait échoué ou se soit avéré non opérationnel.

En conclusion, l'article préconise une méthode de comptabilisation des transactions foncières mondiales à "deux niveaux" afin de comprendre pleinement les causes et l'impact de la ruée vers les terres dans le monde.

 

Lisez la publication complète en anglais

     

 

Pris dans la toile de la bureaucratie ? Comment les transactions foncières " échouées " influencent l'État en Tanzanie

Par Sina Schlimmer, 2020

 

Open Edition Journals, Articles 12.1

Cette étude qualitative originale s'intéresse aux transactions foncières ou aux projets ayant échoué avec des résultats inattendus en Tanzanie. Schlimmer soutient que la terminologie de l'échec est problématique car les critères conceptuels ou méthodologiques restent souvent indéfinis. Comprenant les transactions foncières comme la mise en œuvre de politiques foncières favorables à l'investissement, l'auteur utilise l'approche de l'échec des politiques comme point d'entrée de ce concept pour explorer la transformation politique et la résistance administrative, par exemple. Basé sur un travail de terrain en Tanzanie, l'article compare deux projets de biocarburants qui n'ont pas été entièrement mis en œuvre. 

Dans son analyse, Schlimmer explore la manière dont les accords fonciers ratés font place à des renégociations du pouvoir bureaucratique et politique et à la consolidation des parties prenantes de la société civile. L'accent mis sur les changements transformationnels et les opportunités des accords fonciers ratés distingue cette publication des autres études dans le domaine. Plus précisément, l'article examine de plus près les mois précédents et les suites du retrait des investisseurs. Les deux cas illustrent le fait que l'État tanzanien "est à l'œuvre" dans l'élaboration et la mise en œuvre des politiques d'investissement foncier du pays. 

Comme le souligne l'auteur, cela s'est traduit par de nouvelles procédures administratives au niveau du district pour les futures transactions foncières dans un cas, tandis que dans l'autre cas, le gouvernement national tanzanien a démontré sa capacité à résister à l'accaparement international des terres et a souligné son autorité en remplissant une promesse électorale d'annuler les transferts d'investissements fonciers qui n'ont pas respecté l'accord contractuel. 

 

Lisez la publication complète en anglais

 

 

     

 

L'impact des accords de développement foncier à grande échelle non mis en œuvre

Par Rikke Brandt Broegaard, Thoumthone Vongvisouk, et Ole Mertz, 2022

 

The Impact of Unimplemented Large-Scale Land Development Deals

Cet article fournit un aperçu différencié des effets des projets qui n'ont jamais atteint le stade de la mise en œuvre sur les communautés locales. Les auteurs explorent spécifiquement l'impact sur l'accès aux terres, l'utilisation des terres et la sécurité de tenure, et analysent la terminologie utilisée. En examinant ce qui s'est avéré être un investissement foncier chinois virtuel au Laos, Brandt Broegaard et al. utilisent une approche longitudinale pour comprendre les effets locaux. Le travail de terrain a été mené à la fois dans des villages où des contrats ont été signés mais où le projet n'a jamais été mis en œuvre, et dans un village qui a servi de zone pilote pour la production de biocarburants.

L'article tente une analyse assez nuancée des accords fonciers abandonnés, échoués et non mis en œuvre et des raisons qui les sous-tendent. Bien qu'il n'entre pas dans les détails concernant la sécurité de tenure, il soutient que la terminologie utilisée peut dissimuler les conséquences négatives durables sur les moyens de subsistance ou l'intensification des luttes de pouvoir. Dans le même temps, parler d'échec revient à négliger les motivations non productives, souvent non révélées, des transactions foncières, telles que les aspirations politiques, les avantages personnels ou la réalisation de visions politiques et économiques (nationales). 

Même si les plans de plantation de biocarburants n'ont jamais été entièrement mis en œuvre et que la population locale a même retrouvé l'accès à ses terres, Brandt Broegaard et al. soulignent que la transaction foncière a permis l'expansion à long terme de l'influence de l'État dans la région. Une fois que les terres ont été affectées à certains investissements ou à la modernisation, les villages concernés seront probablement confrontés à de nouvelles transactions à l'avenir. Ils soulignent également que l'expérience nouvellement acquise par le gouvernement provincial sur la manière d'initier et de gérer les investissements internationaux contribuera à inviter et à attirer de nouveaux investisseurs. En conclusion, l'une des questions clés pour les recherches futures reste de savoir comment les acteurs locaux réagiront aux projets d'investissement de second tour.

 

 Lisez la publication complète en anglais

 

 

     

Comprendre les transactions foncières dans les limbes en Afrique : Un accent sur les acteurs, les processus et les relations

Par Youjin B. Chung et Marie Gagné, 2021

 

African Studies Review journal

Cette publication sert d'introduction à un recueil d'articles publiés dans l'African Studies Review. Elle aborde les implications de ainsi que la question de savoir par quels acteurs, processus et relations les accords fonciers sont bloqués ou partiellement mis en œuvre. Les articles présentés s'appuient sur des recherches ethnographiques approfondies et à long terme sur les accords fonciers au Sénégal, en Tanzanie et en Zambie. La contribution de Chung et Gagné ajoute à une vision plus critique des différentes expériences de transactions foncières ratées. Ce faisant, leur intervention exige une meilleure compréhension de la dynamique sociale et politique de ce qu'ils appellent les "transactions foncières dans les limbes" dans les pays africains.

En plus d'introduire les articles, les éditeurs présentent trois arguments principaux liés à l'échec des investissements fonciers. 

Premièrement, Chung et Gagné soulignent que les acquisitions foncières de jure et le contrôle de facto des terres sont deux paires de chaussures. Les recherches sur la gouvernance foncière et les investissements dans de nombreux pays africains ont montré que les questions de transfert, d'utilisation et de possession des terres sont complexes et ambiguës. Dans un tel environnement, les investisseurs sont confrontés à de nombreux défis qui peuvent aboutir à une mise en valeur partielle des terres. 

Deuxièmement, les auteurs affirment que faire la lumière sur la résistance aux transactions foncières est essentiel pour comprendre pourquoi les transactions foncières échouent. Outre l'opposition souvent débattue des résidents locaux, Chung et Gagné soulignent les opportunités que les transactions foncières peuvent créer pour les migrants sans terre ou les élites locales, c'est-à-dire occuper des concessions foncières ou vendre des parcelles au sein de celles-ci.

Troisièmement, ils affirment que le détournement de fonds ou les aspirations irréalistes des investisseurs sont le résultat des contradictions au sein du capitalisme. Cela peut à son tour entraîner des problèmes financiers qui entravent la mise en œuvre du projet d'investissement foncier tel qu'il était prévu à l'origine.

 

  Lisez la publication complète en anglais

 

 
Pour plus d'information:
 
 
 

 

 

Comparta esta página