Le Niger veut se doter d’un projet de loi contre l’accaparement des terres d’ici trois mois | Land Portal

 


Au Niger, la campagne «Sauvons les terres pastorales» donne déjà ses premiers résultats. Suite à l’initiative qui avait été lancée il y a un peu plus d’un mois, le gouvernement nigérien vient d’annoncer la création d’un comité qui se penchera sur la question de l’accaparement des terres arables.


Ce comité qui est composé de 19 membres doit soumettre un projet de loi à l’exécutif nigérien d’ici le mois de juin. Le texte permettra de «pallier les insuffisances et les lacunes qui sont souvent la cause de conflits meurtriers entre agriculteurs et éleveurs.» indique l’APA.


L’initiative du gouvernement de Brigi Rafini intervient alors que l’accaparement des terres arables est l’un des maux majeurs qui minent le développement agricole du Sahel.


Selon les experts, cette région du monde pourrait ne plus disposer de superficies agricoles d’ici 40 ans, si la dynamique actuelle se maintenait.


Aaron Akinocho


 

Copyright © Source (mentionné ci-dessus). Tous droits réservés. Le Land Portal distribue des contenus sans la permission du propriétaire du copyright sur la base de la doctrine "usage loyal" du droit d'auteur, ce qui signifie que nous affichons des articles de presse pour des fins d'information non commerciales. Si vous êtes le propriétaire de l'article ou d'un rapport et que vous souhaitez qu'il soit retiré, s'il vous plaît nous contacter à hello@landportal.info et nous le supprimerons immédiatement.

Divers articles de presse liés à la gouvernance foncière sont publiés sur le Land Portal chaque jour par ses utilisateurs, à partir de diverses sources, telles que les agences de presse et d'autres institutions et individus, ce qui représente une diversité de positions sur tous les sujets. Le droit est à la source de l'article; la Land Portal Foundation n'a pas le droit de modifier ou de corriger l'article, ni d'endosser son contenu. Pour apporter des corrections ou demander la permission de republier ou toute autre utilisation de ce contenu, merci de contacter le titulaire du droit d'auteur.

Partagez cette page