Le Zimbabwe propose de payer ses fonctionnaires en leur cédant des terres | Land Portal
Language of the news reported: 
français

Date: 27 janvier 2017


Source: SFR



En proie à une crise financière depuis de longs mois, le pays présidé par Robert Mugabe n'arrive pas à verser aux employés de l'administration les bonus de la fin d'année 2016. D'où une proposition inédite.


Un lopin de terre à défaut du bonus annuel. C'est la proposition inédite -et pour le moins surprenante- qu'ont reçu jeudi les syndicats des fonctionnaires du Zimbabwe, alors que le gouvernement est confronté à une grave crise financière.


Déjà confronté à un manque de liquidités pendant l'été 2016, le pays traverse un hiver difficile. Le manque d'argent est évident et les employés de l'administration zimbabwéenne sont parmi les premières victimes de cette situation. Alors que l'Etat verse d'ordinaire près de 250 millions de dollars en salaire mensuel à ses employés, le paiement de la traditionnelle prime de fin d'année a pris du retard. Beaucoup de retard.


Deux propositions, un refus en bloc


Acculé, le gouvernement a entamé des négociations avec les organisations syndicales. Incapable de dire à quel moment cette somme -qui correspond aux salaires des mois de novembre et décembre- serait versée, ses représentants ont formulé deux propositions inédites.


La première consistait à proposer des terres constructibles à celles et ceux qui sont prêts à abandonner la prime. Si cette offre paraît de prime abord alléchante, il faut savoir qu'au Zimbabwe, ces morceaux de terrain sont souvent loin des routes, loin du réseau électrique et loin des égoûts. Difficile, dans ces conditions, de faire fructifier ce bien.


La seconde proposition revenait à recevoir seulement une moitié de la somme attendue en échange d'avantages "non monétaires", comme le rapporte Reuters. Quels avantages? Dans quel volume? Le gouvernement ne l'a pas précisé. Sans surprise, les syndicats ont décliné les deux offres.


Une offre qualifiée de "folie"


Interrogé à la sortie de la réunion, Raymond Majongwe, secrétaire général de l'Union des enseignants progressistes du Zimbabwe, a qualifié l'offre du gouvernement de "folie". Selon lui, il "devrait juste payer ce qui est dû aux travailleurs et ne pas pleurer sur les problèmes financiers."


La ministre du Travail, Prisca Mupfumira, qui a assisté à la réunion aux côtés du ministre des Finances et du gouverneur de la Banque centrale, a déclaré que tous se réuniraient de nouveau avec les partenaires sociaux le 20 février. Avec une autre solution? Rien n'est moins sûr.

Copyright © Source (mentionné ci-dessus). Tous droits réservés. Le Land Portal distribue des contenus sans la permission du propriétaire du copyright sur la base de la doctrine "usage loyal" du droit d'auteur, ce qui signifie que nous affichons des articles de presse pour des fins d'information non commerciales. Si vous êtes le propriétaire de l'article ou d'un rapport et que vous souhaitez qu'il soit retiré, s'il vous plaît nous contacter à hello@landportal.info et nous le supprimerons immédiatement.

Divers articles de presse liés à la gouvernance foncière sont publiés sur le Land Portal chaque jour par ses utilisateurs, à partir de diverses sources, telles que les agences de presse et d'autres institutions et individus, ce qui représente une diversité de positions sur tous les sujets. Le droit est à la source de l'article; la Land Portal Foundation n'a pas le droit de modifier ou de corriger l'article, ni d'endosser son contenu. Pour apporter des corrections ou demander la permission de republier ou toute autre utilisation de ce contenu, merci de contacter le titulaire du droit d'auteur.

Partagez cette page