Burkina Faso/ Accès des femmes à la terre : La Fondation Konrad Adenauer sensibilise dans la région de l’Est | Land Portal | Sécurisation des droits fonciers à travers les données ouvertes

Date: 9 mars 2019

Surce: Lefaso.net

Par: Herman Frédéric Bassolé

Après avoir passé près de trois semaines dans huit villages et communes de la province de la Tapoa, la Fondation Konrad Adenauer s’est déportée dans le Gourma. C’est la commune rurale de Diapangou et le village de Nadiabonli, qui ont respectivement accueilli, les 5 et 6 mars 2019, la troupe théâtrale Tin-Taani pour son animation sur les droits fonciers de la femme en milieu rural. Organisée en collaboration avec la coordination provinciale des femmes, cette campagne s’inscrit dans le cadre du projet « Un seul monde sans faim - les droits fonciers de la femme en Afrique de l’Ouest », mis en œuvre par la fondation allemande Konrad Adenauer.

Plus qu’une bombe à retardement, la question foncière est presqu’un sujet tabou. Surtout quand il est question de femmes. Bien que représentant près de 53% de la population burkinabè et constituant un véritable atout pour le monde agricole, l’autre moitié du ciel a des droits provisoires ou restreints sur la terre. Difficile pour elle d’en hériter quand elle-même est perçue comme un héritage dans bien des contrées.

Afin de changer la donne en favorisant une prise de conscience, la fondation Konrad Adenauer a initié le projet « Un seul monde sans faim - les droits fonciers de la femme en Afrique de l’Ouest » au Burkina, au Bénin et au Togo. Il s’agit d’un projet de sensibilisation des acteurs impliqués dans la gestion du foncier rural au Burkina tels que les coutumiers, les élus locaux, les services techniques décentralisés de l’Etat et les femmes. Et l’une des armes de prédilection de la Fondation dans les zones d’intervention (régions du Sahel et de l’Est) reste le théâtre forum.

La population de Diapangou ne s’est pas fait prier

Satisfaction

Ainsi pour la première étape de la campagne de sensibilisation dans la province du Gourma, la troupe Tin-Taani a déposé ses valises dans la commune de Diapangou. Sous les directives de la présidente de la coordination provinciale des femmes du Gourma, Nassouri Ramatou, les comédiens ont tenu en haleine les populations, pendant près de deux heures. Ils ont abordé sans faux- fuyant la question du foncier et des droits de la femme, sujets délicats dans la région de l’Est, car les habitudes ont la peau dure.

« Il y a des femmes qui nous avouent qu’elles ignoraient qu’elles avaient des droits. Aujourd’hui, de plus et en plus grâce à la sensibilisation, elles ont accès à la terre, même si beaucoup d’entre elles n’ont pas encore de documents. Aînée d’une famille de dix enfants, une femme a témoigné qu’après le décès de son père, on lui a dit qu’elle n’avait pas droit à un héritage concernant la terre. Mais après les sensibilisations que nous avons menées de par le passé, elle nous a confié que même si elle n’a pas encore acquis un terrain, les choses avancent positivement », a relaté Mme Nassouri Ramatou.

Nassouri Ramatou, présidente de la coordination provinciale des femmes du Gourma (extrême gauche en lunettes)

Aller plus loin

Notons que la campagne sur les droits fonciers dans le Gourma s’étendra, comme il est de coutume depuis deux ans, dans chacune des six communes de la province. Et même si la coordination provinciale des femmes dit avoir le soutien des autorités communales, elle souhaite l’accompagnement technique d’autres partenaires en faveur des femmes qui désirent obtenir un titre foncier. Outre cela, Mme Nassouri et ses camarades rêvent d’aller au-delà des chefs-lieux des communes pour toucher les populations des villages reculés de la province.

A la séance de sensibilisation de Nadiabonli

En attendant, dans la province de la Tapoa, la coordination des femmes, conduite par Jeanne Koulidiaty, a achevé les sensibilisations le 5 mars 2019, à Nadiabonli, un village de la commune de Partiaga, toujours avec la troupe Tin-Taani. Elle ont couvert également les huit communes de la province.

Une approche qui satisfait

Selon le maire de la commune de Diapaga, Augustin Tankoano, la question foncière est très délicate dans la Tapoa au regard des potentialités dont regorge la localité en matière de ressources naturelles. D’ailleurs, les 2/3 de la province sont engloutis par la forêt. L’édile a salué l’approche de la fondation Konrad Adenauer qui consiste à impliquer tous les acteurs dans ses activités de sensibilisation. Il a rappelé qu’en plus de l’accompagnement de la fondation, sa commune bénéficie d’un appui du Programme de sécurité alimentaire dans la région de l’Est (PSAE) à travers sa composante « foncier rural ». Cela s’est d’ores et déjà matérialisé par l’installation des commissions foncières villageoises et des commissions de conciliation foncière villageoise.

Tindano Augustin, maire de la commune de Diapaga

Actions à venir

2019 sera une année charnière pour la Fondation Konrad Adenauer. Elle envisage de renforcer les capacités des acteurs bénéficiaires des chartes foncières afin qu’ils arrivent à gérer les ressources indépendamment des projets. A Fada, par exemple, une charte foncière a été élaborée pour une meilleure gestion de la forêt communale. Selon le coordonnateur du projet « Un seul monde sans faim - les droits fonciers de la femme en Afrique de l’Ouest », Dramani Ouédraogo, une étude sera également menée sur l’état des lieux des textes en matière de sécurisation foncière et des foras seront organisés au niveau régional.

Dramani Ouédraogo, coordonnateur du projet ’’Un seul monde sans faim, les droits fonciers des femmes en Afrique de l’Ouest’’

La Fondation envisage une collaboration avec le ministère en charge de la Femme afin qu’au niveau de l’Assemblée nationale, la voix des femmes dans le domaine foncier soit prise en compte.

 

Copyright © Source (mentionné ci-dessus). Tous droits réservés. Le Land Portal distribue des contenus sans la permission du propriétaire du copyright sur la base de la doctrine "usage loyal" du droit d'auteur, ce qui signifie que nous affichons des articles de presse pour des fins d'information non commerciales. Si vous êtes le propriétaire de l'article ou d'un rapport et que vous souhaitez qu'il soit retiré, s'il vous plaît nous contacter à hello@landportal.info et nous le supprimerons immédiatement.

Divers articles de presse liés à la gouvernance foncière sont publiés sur le Land Portal chaque jour par ses utilisateurs, à partir de diverses sources, telles que les agences de presse et d'autres institutions et individus, ce qui représente une diversité de positions sur tous les sujets. Le droit est à la source de l'article; la Land Portal Foundation n'a pas le droit de modifier ou de corriger l'article, ni d'endosser son contenu. Pour apporter des corrections ou demander la permission de republier ou toute autre utilisation de ce contenu, merci de contacter le titulaire du droit d'auteur.

Partagez cette page