Le Programme d'accélération de l'adaptation en Afrique présente de jeunes africains à l'origine d'innovation climatique | Land Portal

Le Programme d'accélération de l'adaptation en Afrique (AAAP) - une initiative conjointe de la Banque africaine de développement et du Centre mondial sur l'adaptation - a récemment présenté son initiative visant à exploiter le dynamisme et le leadership de la jeunesse africaine pour stimuler l'innovation en matière d'adaptation au climat.

En marge de la troisième conférence mondiale de Gobeshona, le Programme d'accélération de l'adaptation en Afrique a réuni des candidats de son programme YouthADAPT afin qu'ils partagent leurs expériences ainsi que des stratégies visant à développer les approches d'adaptation menées par les jeunes.

Kevin Kariuki, vice-président de la Banque africaine de développement pour l'Électricité, l'Énergie, le Climat et la Croissance verte, a souligné le rôle essentiel des jeunes dans le développement durable de l'Afrique. 

« Les jeunes forment l'épine dorsale de la population africaine, représentant plus de 60 % de la population. Le développement durable du continent dépend de l'exploitation de ce dividende démographique », a déclaré M. Kariuki.   « Le Programme d'accélération de l'adaptation en Afrique, à travers son pilier YouthADAPT, a jusqu'à présent soutenu 35 entreprises dirigées par des jeunes dans 14 pays africains avec 3,5 millions de dollars pour mener des actions climatiques dans des secteurs tels que l'agriculture, la gestion des déchets, les énergies renouvelables, l'eau et l'assainissement », a ajouté M. Kariuki.  YouthADAPT est l'un des quatre piliers du programme pour accélérer l’adaptation au climat en Afrique.

Caroline Mukuhi Mwangi, fondatrice de Kimplanter Seedling and Nurseries Limited, a déclaré que son entreprise voyait déjà les retombées positives de sa participation au programme.  Kimplanter fournit des plants résistants à la sécheresse qui stimulent la production et la sécurité alimentaires au Kenya. 

 « Nous nous sommes aventurés sur de nouveaux marchés dans les régions semi-arides et avons élargi nos variétés de semis, augmentant ainsi notre chiffre d'affaires de 36 % grâce au soutien du Programme d'accélération de l'adaptation en Afrique. Notre clientèle est également passée de 8 000 à 16 000 agriculteurs et notre personnel est passé de 17 à 32 personnes, toutes des femmes ou des jeunes ».

Aramide Abe, responsable du programme « Jobs for Youth & Entrepreneurship » au Centre mondial pour l’adaptation, a confirmé que les entreprises participantes avaient déjà commencé à produire des résultats. Certaines ont vu leur chiffre d'affaires augmenter de 50 %. Une cinquième s'est aventurée sur de nouveaux marchés et a levé plus de 106 000 dollars de fonds supplémentaires auprès de différentes sources.

Juveline Ngum, fondatrice de Bleaglee Waste Management Limited, une start-up camerounaise qui utilise la technologie des drones pour s'attaquer au problème de l'élimination des déchets, a également souligné les avantages de la participation à YouthADAPT.

« Nous avons étendu notre solution d'élimination des déchets de l'ouest du Cameroun à Douala, en utilisant efficacement les drones pour détecter les canalisations bouchées et en utilisant les données pour une gestion des déchets axée sur la demande, a déclaré M. Ngum. Nous souhaitons maintenant nous étendre au-delà des frontières nationales, jusqu'à Dakar, au Sénégal. »

 LONO, l'entreprise ivoirienne de Noël N'guessan, lauréat du concours YouthADAPT 2022, a breveté une technologie pour la production d'engrais organiques. L'entreprise a également introduit des biodigesteurs modulaires et mobiles pour le secteur agroalimentaire. Les biodigesteurs utilisent des microbes et d'autres bactéries pour décomposer les déchets organiques, y compris les graisses et même le fumier.

Cependant, M. N’guessan a déclaré que des défis subsistaient.   « Le coût des prototypes d'équipements matériels peut être prohibitif, ce qui entraîne des cycles de développement de projets trop longs », a-t-il déclaré. Il a souligné que la formation à la gestion financière était vitale pour les entreprises dirigées par des jeunes.

La session a également été marquée par des présentations de partenaires de la Banque africaine de développement et d'autres organisations mondiales qui ont lancé des initiatives similaires à YouthAdapt.

« Soutenir les entrepreneurs à travers les principes STEM (acronyme anglais de sciences, technologie, ingénierie et mathématiques) est essentiel pour préparer les jeunes aux innovations technologiques », a ainsi déclaré Sandra Simbiri, spécialiste de programme à Generation Unlimited de l'UNICEF.

Alfred Asiko, responsable de l'engagement sur le marché pour le programme ClimateTech chez GSMA, une association de technologie mobile, a déclaré que le programme a donné aux jeunes les moyens de déployer des technologies telles que l'internet des objets, l'intelligence artificielle et la blockchain pour relever les défis climatiques.

« Grâce à notre fonds d'innovation, nous offrons des subventions aux start-up climatiques, en mettant l'accent sur le soutien de solutions résilientes qui utilisent des technologies d'avant-garde. Nous fournissons également un développement des compétences et une formation pour aider les entrepreneurs à développer leurs innovations », a déclaré Asiko.

Il a ajouté que les sociétés de capital-risque avaient un rôle essentiel à jouer. « Nous devons voir davantage de sociétés de capital-risque intervenir et prendre le relais des institutions financières de développement en fournissant des financements et un soutien aux entreprises dirigées par des jeunes », a-t-il ajouté. 

YouthADAPT vise à atteindre 10 000 entreprises africaines dirigées par des jeunes d'ici 2025, à promouvoir l'innovation et la croissance inclusive pour les jeunes dans des emplois résistants au climat et à travers le développement d'entreprises pour les jeunes. Les trois autres piliers du Programme d'accélération de l'adaptation en Afrique sont les technologies numériques intelligentes face au climat pour l'agriculture et la sécurité alimentaire, l'accélérateur de résilience des infrastructures africaines et les initiatives financières innovantes pour l'Afrique.

La troisième conférence mondiale annuelle de Gobeshona, organisée par le Centre international pour les changements climatiques et le développement, s'est déroulée en visioconférence du 10 au 16 mars 2023. Elle a mis l’accent sur le suivi de l'adaptation menée localement et la résilience.

Copyright © Source (mentionné ci-dessus). Tous droits réservés. Le Land Portal distribue des contenus sans la permission du propriétaire du copyright sur la base de la doctrine "usage loyal" du droit d'auteur, ce qui signifie que nous affichons des articles de presse pour des fins d'information non commerciales. Si vous êtes le propriétaire de l'article ou d'un rapport et que vous souhaitez qu'il soit retiré, s'il vous plaît nous contacter à hello@landportal.info et nous le supprimerons immédiatement.

Divers articles de presse liés à la gouvernance foncière sont publiés sur le Land Portal chaque jour par ses utilisateurs, à partir de diverses sources, telles que les agences de presse et d'autres institutions et individus, ce qui représente une diversité de positions sur tous les sujets. Le droit est à la source de l'article; la Land Portal Foundation n'a pas le droit de modifier ou de corriger l'article, ni d'endosser son contenu. Pour apporter des corrections ou demander la permission de republier ou toute autre utilisation de ce contenu, merci de contacter le titulaire du droit d'auteur.

Partagez cette page