Les marchés du carbone : une fausse ou une vraie solution aux défis de développement de l’Afrique dans le contexte de la zone de libre-échange continentale africaine? | Land Portal

Par Eva Maria Anyango Okoth | ILC Afrique

La 5ème édition de la Conférence sur la politique foncière en Afrique qui vient de s’achever arrive à un moment critique où les pays africains définissent leurs visions du développement et se positionnent sur les marchés régionaux et mondiaux tout en mettant en place l’infrastructure politique et institutionnelle nécessaire pour libérer le potentiel de divers cadres de développement tels que la Zone de libre-échange continentale africaine.

D’un point de vue économique, la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique estime que d’ici 2045, la mise en œuvre de la telle qu’envisagée se traduira par une augmentation du commerce et du développement axés sur l’Afrique d’environ 33,5 %. Selon ces projections, tous les grands secteurs, y compris l’agroalimentaire, les services, l’industrie, l’énergie et les mines, devraient également bénéficier substantiellement du libre-échange de 50,2 %, 37,6 %, 36,1 % et 17,7 % respectivement.

LES CONSIDÉRATIONS SOCIALES ET ENVIRONNEMENTALES SONT IMPORTANTES DANS LE CONTEXTE DE LA AfCFTA

Bien qu’il n’y ait toujours pas de preuves suffisantes sur les implications sociales et environnementales prévues de la mise en œuvre de l'AfCFTA, il existe un consensus sur le fait que cet accord aura d’énormes impacts que nous ne pouvons pas perdre de vue à un moment où l’Afrique est également aux prises avec de graves défis tels que le changement climatique. Dans le secteur de la gouvernance foncière, par exemple, l’augmentation des investissements dans la production, la fabrication et la valeur ajoutée des biens et services à échanger sur le marché régional libre entraînera une augmentation de la demande de terres et d’investissements fonciers à grande échelle. En outre, l’émergence d’investissements « fondés sur la nature » tels que les marchés du carbone constituera probablement une menace pour les riches écosystèmes de biodiversité de l’Afrique, notamment les forêts tropicales et les zones humides, qui jouent un rôle essentiel dans l’atténuation des impacts du changement climatique et le renforcement des capacités d’adaptation des peuples autochtones et des communautés locales vivant sur et à partir de la terre. Pour un concept encore très étranger et techniquement complexe pour beaucoup, les États africains doivent prendre les marchés du carbone avec des pincettes pour permettre une compréhension approfondie de ses implications réelles, en particulier pour les communautés dont les terres et les territoires de vie seront très certainement la cible de tels investissements.

MAIS QU’EST-CE QU’UN MARCHÉ DU CARBONE EN TERMES SIMPLIFIÉS ?

La base juridique du concept de marchés du carbone est inscrite dans l’article 6 de l’Accord de Paris (2015) qui encourage la « coopération » entre les pays signataires pour atteindre leurs objectifs et engagements de réduction des émissions déterminés au niveau national (il s’agit de contributions déterminées au niveau national en d’autres termes). L’article 6 prévoit trois approches différentes de la coopération, dont deux permettent des mécanismes d’échange de droits d’émission de carbone interétatiques, d’État à entreprise ou d’entreprise à entreprise.

Il est important de noter qu’à ce stade, il existe une différence frappante entre la façon dont les différents acteurs perçoivent l’ensemble du concept de marchés du carbone. D’une part, la plupart des gouvernements et des acteurs privés perçoivent généralement les marchés du carbone comme une autre opportunité de profit découlant de la crise climatique, tandis que plusieurs activistes du climat, les communautés autochtones et locales, d’autre part, les perçoivent comme un modèle opportuniste qui crée un espace pour que le « business as usual » se poursuive.

Cela dit, les marchés du carbone peuvent être soit des marchés réglementés par l’État (réglementaires), soit des marchés non réglementés par l’État (carbone volontaire) où les crédits carbone constituent les principaux « biens » échangés entre acheteurs et vendeurs en échange d’argent (profits).

Un crédit carbone est un certificat échangeable qui représente une compensation de 1 tonne de dioxyde de carbone ou d’équivalent de gaz à effet de serre de l’atmosphère par le biais de projets de compensation carbone. Les projets de compensation carbone sont des initiatives qui visent à prévenir, à réduire ou à éliminer les émissions de carbone de l’atmosphère afin de compenser les émissions produites au-delà des limites stipulées. Cependant, c’est l’un des points sur lesquels surgissent des différences majeures, des controverses, de la désinformation ou de la désinformation puisque de nombreuses entreprises qualifient ces émissions excessives de carbone d’émissions « inévitables ». Le problème, c’est que le pouvoir discrétionnaire de déterminer ce qui est évitable ou inévitable appartient entièrement à l’émetteur qui a les moyens de payer pour une compensation. En d’autres termes, cela se traduit par une licence d’émission du point de vue d’un activiste climatique véritablement préoccupé par les impacts déjà dévastateurs du changement climatique et qui est d’avis que ce mécanisme est contre-productif pour les efforts urgents d’atténuation du changement climatique.

L’autre pomme de discorde concernant les marchés du carbone est la façon dont les crédits carbone sont générés et leur impact sur les droits fonciers sécurisés des communautés. Malheureusement, on ne sait pas grand-chose sur la superficie exacte des terres qui ont déjà été acquises ou sur les terres supplémentaires qui seront nécessaires pour établir des projets de compensation carbone, ce qui suscite des inquiétudes parmi les communautés autochtones, les éleveurs, les agriculteurs et d’autres groupes marginalisés.

IMPACTS DES PROJETS DE MARCHÉS DU CARBONE BASÉS SUR LES TERRES SUR LES DROITS FONCIERS DES COMMUNAUTÉS ET SUR L’ENVIRONNEMENT

Au cours des dernières années, la demande de crédits carbone en provenance d’Afrique et d’autres parties du monde a augmenté de manière exponentielle en raison de la pression exercée pour adopter des modèles d’industrialisation plus respectueux de l’environnement dans le contexte de divers cadres de développement tels que l'AfCFTA. Par exemple, on estime que le marché des crédits carbone sur Amazon représente 210 milliards de dollars par an. Jusqu’à présent, la plupart des initiatives d’échange de droits d’émission de carbone en Afrique se sont faites par le biais de marchés du carbone volontaires et on estime qu’à l’heure actuelle, le continent ne génère qu’environ 2 % des crédits carbone annuels maximaux potentiels, ce qui se traduit par une énorme source potentielle de revenus pour le continent.

Cependant, cela a également déclenché des acquisitions de terres à grande échelle sur le continent dans le but de mettre en place des projets de restauration des forêts pour répondre à la demande accrue de crédits carbone. Des projets existants et nouveaux sont en cours de développement et d’enregistrement en Afrique dans le cadre de projets de compensation carbone terrestres, notamment le Mécanisme de développement propre et les programmes de réduction des émissions dues à la déforestation et à la dégradation des forêts dans les pays en développement. Par exemple, le Kenya, qui est l’un des principaux producteurs africains de compensations carbone, a récemment signé un cadre de collaboration controversé avec une société basée à Dubaï appelée Blue Carbon qui se traduirait par l’acquisition de millions d’hectares de terres pour produire des crédits carbone. Des accords similaires ont également été conclus avec le Libéria, la Tanzanie, la Zambie et le Zimbabwe, qui lui ont concédé 7,5 millions d’hectares. Voici d’autres exemples de projets de crédits carbone en Afrique :

 

12.png

Tout cela se déroule dans un contexte où la mauvaise gouvernance foncière est toujours un problème et où, historiquement, les LSLBI ont été à l’origine de nombreuses violations des droits humains, notamment des expulsions forcées, des déplacements et des acquisitions illégales de terres, en particulier de terres coutumières non enregistrées. Le projet de carbone des prairies du nord du Kenya est un exemple d’initiative de crédit carbone où la violation des droits fonciers communautaires des peuples autochtones et les expulsions forcées au nom de la conservation ont été documentées et signalées. Parmi les autres risques courants que ces projets font peser sur les droits des communautés, citons le non-respect de la Convention sur la liberté d’information préalable et le consentement (FPIC), l’insuffisance ou l’absence de compensation pour les terres acquises, ainsi que les menaces qui pèsent sur leur culture, leurs moyens de subsistance et leurs modes de vie.

CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS

Les crédits carbone, s’ils sont mis en œuvre sous certaines conditions et normes, pourraient potentiellement encourager le développement durable et réduire les émissions de gaz à effet de serre en Afrique. Cela nécessitera toutefois des modèles de mise en œuvre transformateurs qui prennent en compte non seulement les avantages économiques, mais aussi les aspects relatifs aux droits de l’homme, sociaux et environnementaux. En tant que tel, laisser le marché des crédits carbone s’échanger librement pourrait avoir un prix, car cela pourrait potentiellement permettre aux entreprises de simplement acheter des crédits au lieu de prendre des mesures réelles pour réduire leurs émissions. De même, le fait de ne pas mettre en place de cadres politiques et institutionnels solides et cohérents pour réglementer les marchés du carbone pourrait accroître les risques de violations des droits humains, comme cela se manifeste déjà dans certains projets de compensation carbone sur le continent. Parmi les considérations que les acteurs gouvernementaux et du secteur privé impliqués dans les crédits carbone devraient prendre en compte, citons les suivantes :

  1. Les peuples autochtones et les communautés locales doivent être considérés comme des parties prenantes clés et centrales dans la conception et la mise en œuvre d’initiatives et de politiques de développement, de gouvernance foncière et de climat.
  2. Toutes les initiatives de développement et de changement climatique doivent adopter une approche fondée sur les droits de l’homme qui améliorera la qualité de vie et les moyens de subsistance des communautés à travers l’Afrique plutôt que de donner la priorité aux seuls profits.
  3. La mise en œuvre réussie des initiatives et des investissements en faveur du climat exigera également des États qu’ils accordent la priorité au renforcement et à l’harmonisation des cadres politiques et des institutions de gouvernance foncière et qu’ils investissent dans ceux-ci, tout en comblant le long fossé de mise en œuvre de l’élaboration des politiques.
  4. Compte tenu de la complexité des solutions fondées sur la nature telles que les marchés du carbone, les gouvernements et les acteurs privés impliqués dans l’échange de droits d’émission de carbone doivent s’abstenir de diffuser des informations erronées ou de la désinformation liées aux projets de compensation carbone qui visent, intentionnellement ou non, à dissimuler les impacts réels de ces initiatives sur les communautés affectées et leur environnement.

Copyright © Source (mentionné ci-dessus). Tous droits réservés. Le Land Portal distribue des contenus sans la permission du propriétaire du copyright sur la base de la doctrine "usage loyal" du droit d'auteur, ce qui signifie que nous affichons des articles de presse pour des fins d'information non commerciales. Si vous êtes le propriétaire de l'article ou d'un rapport et que vous souhaitez qu'il soit retiré, s'il vous plaît nous contacter à hello@landportal.info et nous le supprimerons immédiatement.

Divers articles de presse liés à la gouvernance foncière sont publiés sur le Land Portal chaque jour par ses utilisateurs, à partir de diverses sources, telles que les agences de presse et d'autres institutions et individus, ce qui représente une diversité de positions sur tous les sujets. Le droit est à la source de l'article; la Land Portal Foundation n'a pas le droit de modifier ou de corriger l'article, ni d'endosser son contenu. Pour apporter des corrections ou demander la permission de republier ou toute autre utilisation de ce contenu, merci de contacter le titulaire du droit d'auteur.

Partagez cette page