Skip to main content

Mis à jour le 17 juin 2022.

Photo by UNICEF Ethiopia. CC BY-NC-ND 2.0

Crédits photos : Une femme va chercher de l'eau à un point d'eau dans la région de Somali en Éthiopie, Photo de l'UNICEF Éthiopie, Licence : CC BY-NC-ND 4.0 Deed | Attribution-NonCommercial-NoDerivs 4.0 International

Par Anne Hennings, revu par Enni Kallio (JEA en gestion de programme sur les régimes fonciers et le genre à la  CNULCD), Francesca Romano (Chargé des régimes fonciers à la FAO) et Aurelie Bres (Fonctionnaire chargé des terres et des eaux à la FAO).

Cette note a été préparée avec le soutien financier de la FAO et en collaboration technique avec le Secrétariat de la CCD et la FAO.

   


Un tiers des sols de la planète - y compris les terres agricoles, les forêts, les pâturages et les terrains urbains - sont déjà dégradés et on estime que ce chiffre pourrait atteindre près de 90 % d'ici 2050. D'une manière générale, l'érosion des sols est considérée comme l'enlèvement accéléré de la couche arable de la surface terrestre par l'eau, le vent ou les cultures, ce qui entraîne une dégradation des sols. En outre, la dégradation des sols comprend également la détérioration des propriétés biophysiques et chimiques du sol, de l'eau et de la biodiversité. La dégradation des sols se produit naturellement, mais les recherches montrent qu'elle est de plus en plus causée directement ou indirectement par des activités humaines non durables, notamment la déforestation, le surpâturage, l'exploitation minière ou l'agriculture intensive.[1] Cela a entraîné la perte de biodiversité, la désertification et une augmentation significative des émissions de gaz à effet de serre.[2]
Il est essentiel d'éviter, d'enrayer et d'inverser la dégradation des terres dans le monde entier pour préserver les moyens de subsistance, la sécurité alimentaire, la conservation de la biodiversité, ainsi que pour atteindre les objectifs climatiques.

La neutralité de la dégradation des terres, en anglais, Degradation Neutrality (LDN) a été définie par La Convention des Nations unies sur la lutte contre la désertification (CNULCD) comme "un état dans lequel la quantité et la qualité des ressources en terres nécessaires pour soutenir les fonctions et les services des écosystèmes et améliorer la sécurité alimentaire restent stables ou augmentent dans des écosystèmes et des échelles temporelles et spatiales spécifiées".[3] Le cadre conceptuel de LDN encourage la mise en œuvre de diverses mesures qui équilibrent les pertes en capital naturel terrestre et les gains par la restauration des terres ou la gestion durable des terres. Suivant une approche centrée sur les personnes et mettant l'accent sur une gouvernance foncière responsable et inclusive, le LDN contribue à un environnement favorable à la lutte contre la dégradation des terres et offre de multiples avantages pour protéger à la fois les écosystèmes et la résilience des communautés. En 2022, plus de 129 pays se sont engagés à fixer des objectifs nationaux volontaires en matière de LDN dans le cadre de la CNULCD La sécurité d'occupation étant la clé du développement durable et des terres saines et productives, les législations nationales en matière de gouvernance foncière peuvent être révisées et adaptées afin de soutenir la gestion et la restauration responsables des terres.

Cadre juridique et politiques internationales

En 2015, le programme de développement durable à l'horizon 2030 a été adopté. Neutralité en matière de dégradation des terres  (LDN) en tant que cible principale dans le cadre  d’objectif de développement durable 15  (la vie sur terre). Plus précisément, l'objectif 15.3. vise à atteindre LDN dans le monde entier. La même année, la CNULCD a adopté LDN comme objectif clé et a depuis aidé de nombreux pays à établir des objectifs nationaux volontaires pour accroître la sécurité alimentaire, contribuer à l'atténuation du changement climatique et s'y adapter. En collaboration avec le Mécanisme mondial, l'UNCCD a mis en place le Programme de fixation d'objectifs pour le RLD qui aide les pays à évaluer, mesurer et réaliser leurs engagements en matière de LDN. À ce jour, 129 pays se sont engagés à fixer des objectifs LDN, dont plus de 100 ont réussi à fixer leurs objectifs volontaires.[4]

Southern Africa drought, Mozambique, 2016 By IFRC Attribution-NonCommercial-NoDerivs 2.0 Generic (CC BY-NC-ND 2.0)
Southern Africa drought, Mozambique, 2016
Photo par IFRC,  (CC BY-NC-ND 2.0) 

 

En 2019, les Parties à la CNULCD ont adopté une décision historique sur les régimes fonciers. La décision 26/COP14 reconnaît l'importance d'un régime foncier sûr pour lutter contre la désertification, la dégradation des terres et la sécheresse (DDTS), et pour améliorer le bien-être humain et les moyens de subsistance. Dans cette décision, les Parties ont spécifiquement demandé au Secrétariat de la CNULCD, en collaboration avec la FAO, d'élaborer un guide technique sur la manière d'intégrer la Directives volontaires sur la gouvernance responsable des régimes fonciers applicables aux terres, aux pêches et aux forêts dans le contexte de la sécurité alimentaire nationale  (VGGT) sur la mise en œuvre de la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification et la dégradation des terres Neutralité (LDN). Le guide technique  décrit neuf voies orientées vers l'action pour améliorer la sécurité foncière par le biais d'initiatives LDN en fonction des contextes nationaux et locaux. Lors de la 15e Conférence des Parties, les Parties à la CNULCD ont reconnu que des travaux supplémentaires doivent être menés, que ce soit dans le cadre des efforts de politique ou de programmation, pour intégrer le régime foncier dans la mise en œuvre de la Convention et ont appelé à un renforcement des capacités et à un soutien supplémentaire pour transformer le guide technique en action sur le terrain.

Défis et risques

Parmi les principaux obstacles à la neutralité en matière de dégradation des terres figurent la déforestation pour le bois d'œuvre, le bois de chauffage ou l'expansion des terres agricoles, des zones de pâturage et des villes, l'assèchement des zones humides, les activités minières, l'agriculture intensive et le développement des infrastructures. Les initiatives LDN se heurtent souvent à un accès limité aux ressources financières, à un manque de connaissances et d'expérience, ainsi qu'à des incitations publiques et privées insuffisantes.[5] Du point de vue de la gouvernance, la réalisation de LDN est mise à mal par des revendications croissantes et souvent contestées sur les ressources foncières et peut entraîner des conflits majeurs d'utilisation des terres.[6]

Cela dit, la gouvernance foncière durable est étroitement liée à la réalisation et à la mise en œuvre de la RLD. Premièrement, la prise en compte de la gouvernance de la tenure permet d'aborder les revendications concurrentes sur les ressources naturelles. Deuxièmement, l'insécurité foncière a été soulignée comme un défi majeur à la mise en œuvre des mesures LDN, y compris les pratiques de restauration.[7] Les résultats montrent comment la sécurité des droits fonciers encourage les propriétaires et les utilisateurs à investir et à s'engager dans des activités durables, comme la conservation des sols, le drainage, la construction de terrasses ou l'agroforesterie, par exemple.

Les résultats de la recherche montrent également que l'intégration des directives volontaires pour une gouvernance responsable des régimes fonciers applicables aux terres, aux pêches et aux forêts (VGGT) dans les initiatives LDN peut protéger les droits de tenure légitimes dans certains cas.[8] Au contraire, dans des contextes de répartition inégale des terres, de droits d'occupation contestés ou peu clairs, les mesures LDN peuvent accroître la pression et la concurrence pour les ressources en terres, en forêts et en eau.[9]

Droits fonciers communautaires, coutumiers et autochtones

Les communautés et les ménages qui sont directement touchés par la dégradation des terres sont plus susceptibles de connaître une baisse de la productivité agricole et une pénurie d'eau, une perte des moyens de subsistance, la pauvreté et l'insécurité alimentaire.[10] Ils sont également plus vulnérables aux catastrophes et aux phénomènes météorologiques extrêmes, tels que les sécheresses, les inondations, les tempêtes ou les incendies. Les communautés pauvres, les femmes, les jeunes et les peuples autochtones qui dépendent directement de la terre pour leur bien-être et leurs moyens de subsistance sont particulièrement touchés par les effets de la dégradation des terres.

La déclaration des leaders de Glasgow sur les forêts et l'utilisation des terres (2021, COP26) ainsi que le Forum mondial pour l'alimentation et l'agriculture (GFFA 2022) impliquent des engagements de haut niveau pour respecter les droits des peuples autochtones et reconnaître les droits d'occupation légitimes, y compris les droits d'occupation coutumiers, conformément au cadre juridique national. Tous deux soulignent également l'importance d'un accès abordable et sûr à la terre et aux ressources naturelles et le fait que les groupes vulnérables doivent participer et bénéficier des mesures de conservation, de gestion durable et de restauration. De même, les résultats de deux projets de recherche pilotent menés par TMG au Bénin et au Kenya concluent que les initiatives de LDN et de conservation peuvent contribuer à la sauvegarde des droits de tenure.[11] Au contraire, les rapports soulignent également comment une absence de prise en compte des questions de tenure peut, par inadvertance, porter atteinte aux droits de tenure des communautés.

Il a été reconnu que les pratiques et connaissances coutumières des peuples autochtones et des communautés locales contribuent à réduire, éviter ou inverser la dégradation des terres.[12] Plus de 360 millions de peuples indigènes et de communautés locales vivent dans des zones protégées, gérant plus d'un sixième du carbone contenu dans les forêts du Sud.[13] Dans de nombreux cas, la gestion durable des terres par les communautés permet de lutter contre la dégradation des sols. Pourtant, ces initiatives sont restées largement méconnues des gouvernements et des décideurs politiques et n'ont pas accès à un soutien technique et financier.[14]

 

Changement climatique et biodiversité

Les terres jouent un rôle central dans les crises entremêlées de la perte de biodiversité et du changement climatique. Outre la conservation de la nature, la lutte contre la dégradation des sols est devenue un élément clé des stratégies d'atténuation et d'adaptation au changement climatique.[15] Les objectifs et les initiatives de LDN contribuent à la mise en œuvre des plans climatiques nationaux et sont influencés par celle-ci, et vice versa. Les terres et les  restauration des écosystèmes  contribuent à augmenter les stocks de carbone, à freiner le réchauffement climatique, à réduire le risque et l'intensité des catastrophes naturelles et à rétablir la biodiversité et la connectivité écologique. Associées à une gouvernance et à un aménagement des territoires responsables, les mesures de neutralité en matière de dégradation des terres renforcent également la résilience des communautés rurales en garantissant et en améliorant les services éco systémiques.[16]

Formation, Recherche, et Environnement dans la Tshopo (FORETS), Democratic Republic of Congo
Formation, Recherche, et Environnement dans la Tshopo (FORETS), Democratic Republic of Congo 
Photo par Axel Fassio/CIFOR (CC BY-NC-ND 2.0)

Genre, dégradation des sols et le régime foncier

Il a été établi que les femmes sont touchées de manière disproportionnée par les effets de la désertification, de la dégradation des terres et de la sécheresse. La sécheresse et la dégradation des terres tendent à accroître la charge des soins et du travail domestique non rémunérés assumés par les femmes et les filles et à affecter la santé des femmes et des filles en raison du manque de nourriture et d'eau. Pourtant, les femmes rencontrent plus d'obstacles pour participer activement à la prise de décision concernant la dégradation des terres et les activités associées[17]. Cette situation est étroitement liée à l'inégalité d'accès à la terre, à l'eau, au crédit, aux services et à la formation, à la participation limitée des femmes à la prise de décision et à la répartition inégale des bénéfices. Le cadre conceptuel scientifique de l’UNCCD pour la neutralité de la dégradation des terres met l'accent sur l'inclusion, la participation et la sensibilité au genre dans les étapes de conception, de planification, de mise en œuvre et de suivi des initiatives Neutralité en matière de dégradation des terres.  Dans de nombreux cas, les initiatives Neutralité en matière de dégradation des terres abordent l'inégalité des sexes en intégrant des groupes ou associations de femmes reconnus localement. Cependant, les programmes de lutte contre le VIH/sida n'ont pas encore rationalisé la prise en compte des disparités entre les sexes[18]. Entre autres, l'alignement des plans de genre de Neutralité en matière de dégradation des terres sur les programmes locaux et nationaux ou l'introduction de mécanismes de financement sensibles au genre, offrent des points d'entrée pour des projets Neutralité en matière de dégradation des terres sensibles au genre.

Innovations dans le domaine de la dégradation des sols et des régimes fonciers

Les initiatives LDN sont de plus en plus présentes dans les agendas politiques mondiaux et régionaux.[19] Divers programmes et initiatives ont été développés pour promouvoir la neutralité de la dégradation des terres au niveau local, national et mondial. Plus précisément, le Fonds pour la neutralité de la dégradation des terres  cherche à réunir des investisseurs publics et privés. Plusieurs pays se sont engagés à lutter désertification, dégradation des sols et sécheresse  (DLDD). Dans le même ordre d'idées, l'initiative dirigée par l'Afrique Grande Muraille Verte du Sahara et du Sahel (GGW) et le Initiative verte au Moyen-Orient visent à lutter contre la désertification en restaurant au total 300 millions d'hectares de terres dégradées d'ici 2030.[20] En outre, les projets à caractère plus technique vont de l'augmentation de la capacité de rétention d'eau de l'eau à l'amélioration de la qualité de l'eau (sols désertiques)  à la production locale engrais qui réduit les émissions et augmente en même temps les rendements.

En ce qui concerne l'amélioration de la disponibilité des données sur le lien entre le LDN et la titularisation, WOCAT a établi un partenariat avec l'UNCCD depuis 2020. Un groupe de travail a été mis en place ainsi que le projet Tools4LDN pour assurer un échange régulier sur les bases de données, la collecte de données et les outils liés à la LDN afin de développer un module standardisé. Celui-ci comprend des indicateurs biophysiques et socio-économiques pour les futurs rapports sur la neutralité de la dégradation des terres.

References

[1] FAO. 2019. Global Symposium on Soil Erosion. Key Messages. URL: https://landportal.org/library/resources/978-92-5-131684-9/global-symposium-soil-erosion-gser19 

[2] Montanarella, L. et al. 2018. The IPBES assessment report on land degradation and restoration. Secretariat of the Intergovernmental Science-Policy Platform on Biodiversity and Ecosystem Services, Bonn, URL: https://landportal.org/library/resources/unccd1072/ipbes-assessment-report-land-degradation-and-restoration;
IPCC. 2019. Climate Change and Land: an IPCC special report on climate change, desertification, land degradation, sustainable land management, food security, and greenhouse gas fluxes in terrestrial ecosystems. Summary for Policymakers, URL: https://landportal.org/library/resources/ecc26502/ipcc-special-report-climate-change-and-land;
FAO. 2021. The State of the World’s Land and Water Resources for Food and Agriculture – Systems at breaking point. Synthesis report 2021. Rome, URL: https://landportal.org/library/resources/state-world%E2%80%99s-land-and-water-resources-food-and-agriculture-%E2%80%93-systems-breaking 

[3] UNCCD. 2015. Decision 3/COP.12. Ankara.

[4] UNCCD. 2022. LDN target setting. URL: https://www.unccd.int/land-and-life/land-degradation-neutrality/projects-programmes/ldn-target-setting

[5] PCC. 2019. Climate Change and Land. Summary for Policymakers.

[6] Schulze, Katharina et al. 2021. How will land degradation neutrality change future land system patterns? A scenario simulation study. Environmental Science & Policy 124, 254-266. URL: https://landportal.org/library/resources/how-will-land-degradation-neutrality-change-future-land-system-patterns-scenario 

[7] Allen, C. et al. M. 2020. Delivering an enabling environment and multiple benefits for land degradation neutrality: Stakeholder perceptions and progress. Environmental Science & Policy 114:109-118, URL: https://landportal.org/library/resources/delivering-enabling-environment-and-multiple-benefits-land-degradation-neutrality and Verburg, P et al. 2019. Creating an Enabling Environment for Land Degradation Neutrality and its Potential Contribution to Enhancing Wellbeing, Livelihoods and the Environment. A Report of the Science-Policy Interface. Bonn. UNCCD, URL: https://landportal.org/library/resources/creating-enabling-environment-land-degradation-neutrality-and-its-potential 

[8] Orr, B.J. et al. 2017. Scientific Conceptual Framework for Land Degradation Neutrality. A Report of the Science-
Policy Interface. UNCCD, Bonn. URL: https://landportal.org/library/resources/unccd814/scientific-conceptual-framework-land-degradation-neutrality-report 

[9] FAO and UNCCD. 2022. Technical Guide on the Integration of the Voluntary Guidelines on the Responsible Governance of Tenure of Land, Fisheries and Forests in the Context of National Food Security into the Implementation of the United Nations Convention to Combat Desertification and Land Degradation Neutrality. Rome, Bonn. URL: https://landportal.org/library/resources/978-92-5-136092-7/technical-guide-integration-voluntary-guidelines-responsible 

[10] United Nations Convention to Combat Desertification, 2022. The Global Land Outlook, 2nd edition. UNCCD, Bonn, URL: https://landportal.org/library/resources/global-land-outlook-0 

[11]  TMG. 2021. GSW2021: Benin Country Report. Working Paper. Berlin. URL: https://landportal.org/library/resources/responsible-land-governance-ldn-programmes and TMG. 2021. GSW2021: Kenya Country Report. Working Paper. Berlin. URL: https://landportal.org/library/resources/responsible-land-governance-ldn-programmes-0 

[12] Montanarella, L., et al. 2018. The IPBES assessment report on land degradation and restoration.

[13] Rights and Resource Initiative. 2020. Rights-Based Conservation: The path to preserving Earth’s biological and cultural diversity? Washington DC, URL: URL: https://landportal.org/library/resources/rights-based-conservation-path-preserving-earth%E2%80%99s-biological-and-cultural and Frechette, A., Ginsburg, C. & Walker, W. 2018. A Global Baseline of Carbon Storage in Collective Lands. Washington D.C, Rights and Resource Initiative, URL: https://landportal.org/library/resources/global-baseline-carbon-storage-collective-lands 

[14] Van Haren, N. et al. 2019. Contribution of community-based initiatives to the sustainable development goal of Land Degradation Neutrality. Environmental Science & Policy 94:211-219.

[15] United Nations Convention to Combat Desertification, 2022. The Global Land Outlook, 2nd edition. UNCCD, Bonn.

[16] IPCC. 2019. Climate Change and Land. Summary for Policymakers. and Global Mechanism of the UNCCD. 2016. Achieving Land Degradation Neutrality at the country level Building blocks for LDN target setting. Bonn. URL: https://landportal.org/library/resources/isbn-978-92-95110-31-1-e-copy-isbn-978-92-95110-32-8-hard-copy/achieving-land 

[17] Aguilar, Lorena. 2022. Study on the differentiated impacts of desertification, land degradation and drought on women and men. Summary for decision makers. UNCCD. Abijan. URL: https://landportal.org/library/resources/land-life-our-work-impact-science-news-stories-events-convention-differentiated and Collantes, V. et al. 2018. Moving towards a twin-agenda: gender equality and land degradation neutrality. Environmental Science and Policy 89, pp 247-253, URL: https://landportal.org/library/resources/moving-towards-twin-agenda-gender-equality-and-land-degradation-neutrality  

[18] Okpara, UT et al. 2019. Gender and land degradation neutrality: A cross‐country analysis to support more
equitable practices. Land Degradation and Development 30: 11, pp. 1368-1378. URL: https://landportal.org/library/resources/gender-and-land-degradation-neutrality-cross-country-analysis-support-more 

[19] Anseeuw, W. & Baldinelli, G. 2020. Uneven Ground. Land Inequality at the Heart of Unequal Societies.
Synthesis Report. International Land Coalition. Rome. URL: https://landportal.org/library/resources/mokoro-75/land-inequality-heart-unequal-societies-research-findings-land 

[20] UNCCD. 2021. Great Green Wall Accelerator Technical brief. Edition N°1 September 2021. Bonn. URL: https://landportal.org/library/resources/great-green-wall-accelerator-technical-brief-edition-n%C2%B01 

Clause de non-responsabilité: Les données affichées sur le Land Portal sont fournies par des tiers indiqués comme source de données ou comme fournisseur de données. L'équipe du Land Portal s'efforce constamment de garantir le plus haut niveau possible de qualité et d'exactitude des données, mais ces informations sont par nature approximatives et peuvent contenir des inexactitudes. Les données peuvent contenir des erreurs introduites par le(s) fournisseur(s) de données et/ou par l'équipe du Land Portal. En outre, cette page vous permet de comparer des données provenant de différentes sources, mais tous les indicateurs ne sont pas nécessairement comparables statistiquement. La Fondation du Land Portal (A) décline expressément toute responsabilité quant à l'exactitude, l'adéquation ou l'exhaustivité de toute donnée et (B) ne peut être tenue pour responsable de toute erreur, omission ou autre défaut, retard ou interruption de ces données, ou de toute action entreprise sur la base de celles-ci. Ni la Fondation du Land Portal ni aucun de ses fournisseurs de données ne seront responsables de tout dommage lié à votre utilisation des données fournies ici.