Skip to main content

page search

News & Events Défis et opportunités dans le suivi des données foncières pour les objectifs de développement durable
Défis et opportunités dans le suivi des données foncières pour les objectifs de développement durable
Défis et opportunités dans le suivi des données foncières pour les objectifs de développement durable
Land Monitoring and the SDGs
Land Monitoring and the SDGs

La terre est une ressource limitée, et son accès est essentiel pour les moyens de subsistance des individus et des communautés. Pour que l'accès à la terre soit sûr et équitable pour tous, les Nations unies ont fixé l'objectif de développement durable (ODD) 1.4.2, qui mesure la sécurité de tenure foncière des individus, et l'ODD 5.a.1, qui mesure la sécurité de tenure sur les terres agricoles dans une perspective de genre.

ONU-Habitat a la garde de l'un de ces indicateurs (1.4.2) tandis que la FAO est l'agence dépositaire de l'indicateur 5.a.1. Tous deux sont actuellement au niveau II, ce qui signifie que le cadre conceptuel est clair et qu'une méthodologie globale est disponible. Toutefois, pour atteindre le niveau I, il est nécessaire qu'au moins 50 % des pays produisent régulièrement des données pour les populations de chaque région où un indicateur est pertinent. À l'heure actuelle, seuls 33 pays ont communiqué sur l'indicateur 1.4.2 des ODD et 47 sur l'indicateur 5.a.1 des ODD.

Afin d'aider les pays à adopter la méthodologie et à rendre compte des indicateurs 1.4.2 et 5.a.1, ONU-Habitat et d'autres agences chefs de file ont mis en œuvre des efforts de renforcement des capacités par le biais de divers projets.  L'un de ces projets, dirigé par ONU-Habitat, a soutenu quatre pays, à savoir le Kenya, le Rwanda, la Tunisie et l'Irak dans la première phase, tandis que la phase 2, qui est en cours, soutient cinq pays, à savoir le Maroc, la Zambie, la RDC, l'Ouganda et le Sénégal. Les estimations finales des données pour les indicateurs fonciers sont en cours d'élaboration pour les deux phases. ONU-Habitat prévoit de commencer la phase 3 à la mi-2023 en fonction de l'intérêt manifesté par huit pays de l'UEMOA, à savoir le Sénégal, le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d'Ivoire, l'Ouganda et le Sénégal : Sénégal, Bénin, Burkina Faso, Côte d'Ivoire, Guinée Bissau, Mali, Niger et Togo.

Un des principaux enseignements de ces projets en cours est que le financement de la collecte et de la communication des données est coûteux et que les pays ont souvent besoin d'un soutien financier extérieur pour collecter et compiler les données des indicateurs fonciers en raison du nombre impressionnant d'indicateurs dans le cadre des ODD. En effet, le financement des données relatives aux indicateurs fonciers n'a généralement pas augmenté au fil des ans comme prévu initialement, et au contraire, ce financement a diminué, ce qui nécessite des solutions innovantes pour surmonter ce défi. En outre, la bonne volonté politique est nécessaire pour atteindre les ODD, en particulier en Europe, dans les Amériques et en Océanie, où il reste encore beaucoup à faire pour améliorer la situation en matière de rapports sur les indicateurs fonciers.

Pour plaider en faveur de politiques fondées sur des données probantes, reliant les gouvernements aux gardiens pour un engagement continu sur la génération et la communication des données, de puissants groupes axés sur les politiques, tels que le Groupe de travail mondial des bailleurs de fonds sur les terres (GDWGL) et le Réseau mondial d'outils fonciers (GLTN), sont essentiels. Ils jouent un rôle important en incitant les gouvernements à créer des politiques basées sur les données afin d'augmenter la demande de financement pour les données sur les terres.

Pour synchroniser davantage les efforts de renforcement des capacités au niveau national vers le niveau I, les agences gardiennes pour 1.4.2 et 5.a.1 continuent à se réunir. Ils s'appuieront également sur les résultats de l'enquête prévue pour la mi-mai 2023 afin de cartographier les "fruits à portée de main" qui peuvent être soutenus suffisamment tôt pour rendre compte des indicateurs. En outre, l'analyse des big data peut être utilisée dans la mesure du possible pour valider ou réduire les lacunes en matière de données qui existent dans les rapports.

En conclusion, les indicateurs 1.4.2 et 5.a.1 des ODD sont essentiels pour mesurer la sécurité tenure foncière individuelle et agricole, respectivement. Cependant, la production régulière de données par au moins 50 % des pays et pour les populations de chaque région concernée est nécessaire pour atteindre le statut de niveau I. Pour atteindre cet objectif, des solutions innovantes sont nécessaires pour surmonter les difficultés, telles que le financement de la collecte et de la communication des données, la bonne volonté politique et des groupes puissants axés sur les politiques qui plaident en faveur de politiques fondées sur des données probantes. En synchronisant les efforts au niveau national et en utilisant l'analyse des big data, nous pouvons combler les lacunes en matière de données foncières et atteindre les ODD.

Related content:

SDGi

SDGs: Indicator 1.4.2

Language
Not specified

Proportion of total adult population with secure tenure rights to land, with legally recognized documentation and who perceive their rights to land as secure, by sex and by type of tenure.
 
 

Last updated on 1 February 2022

Not specified