COP26 : plus de 100 pays s'engagent à stopper et à inverser la déforestation d'ici à 2030 | Land Portal

Une promesse essentielle de sauver et de restaurer les forêts de notre planète a été officiellement annoncée le deuxième jour du sommet des dirigeants mondiaux de la COP26. Cette promesse s'accompagne d'une longue liste d'engagements de la part d'acteurs des secteurs public et privé pour lutter contre le changement climatique, enrayer la destruction de la biodiversité et la faim, et protéger les droits des populations autochtones.


Comme il se doit, la salle plénière de la 26ème Conférence des Nations Unies sur le climat (COP26), à Glasgow, était aujourd'hui éclairée en vert, et les écrans vidéo géants et les haut-parleurs diffusaient le chant des oiseaux et le bruissement des feuilles. Il semblait même y avoir un calme général parmi les délégués, presque comme s'ils respiraient déjà un air plus pur.


« Aujourd'hui va être une journée monumentale, nous donnons le ton sur la façon dont nous pouvons préserver les poumons du monde », a déclaré la maîtresse de cérémonie Sandrine Dixson-Declève, qui a accueilli les participants à l'événement clé des dirigeants sur les forêts et l'utilisation des terres, mardi.


Ensuite, un film raconté par Sir David Attenborough a été diffusé sur les écrans.


« En détruisant les forêts, nous portons atteinte à la biodiversité et à nos vies... Les forêts fournissent de l'eau douce, purifient l'air que nous respirons, inspirent une valeur spirituelle et nous fournissent de la nourriture... Notre défi doit maintenant être de mettre un terme à la restauration et de commencer à restaurer les forêts. C'est une entreprise énorme, et chaque pays devra adopter sa propre approche par table ».


Sa voix incomparable a résonné dans toute la salle. Et son appel à l'action a été entendu.


Le Premier ministre britannique Boris Johnson s'adresse à la Conférence de l'ONU sur le climat, la COP26, à Glasgow, en Écosse.
ONU Info/Laura Quinones


Le Premier ministre britannique Boris Johnson s'adresse à la Conférence de l'ONU sur le climat, la COP26, à Glasgow, en Écosse.


Le Premier ministre britannique Boris Johnson est monté sur le podium pour annoncer qu'au moins 110 pays représentant 85% des forêts de la planète avaient signé la déclaration pivot des dirigeants de Glasgow sur les forêts et l'utilisation des terres, adoptée lors de la COP26, s'engageant à stopper et à inverser la déforestation d'ici 2030.


« Protéger nos forêts n'est pas seulement une ligne de conduite pour lutter contre le changement climatique, mais aussi pour un avenir plus prospère », a-t-il déclaré.


M. Johnson a souligné que la Chine, la Russie et le Brésil se sont également joints à cette promesse, ce qui, selon lui, peut constituer une opportunité « parallèle » de création d'emplois.


Le Président russe, Vladimir Poutine, ainsi que le Président brésilien, Jair Bolsonaro, sont apparus dans un message préenregistré soutenant la promesse, parmi d'autres dirigeants absents de la COP.


« Signer la déclaration est la partie facile. Il est essentiel qu'elle soit mise en œuvre maintenant pour les gens et la planète », a insisté le chef de l'ONU, António Guterres, sur son compte twitter officiel.


Quel est le contenu de la déclaration ?


Dans la déclaration, les dirigeants promettent de renforcer leurs efforts communs pour conserver les forêts et les autres écosystèmes terrestres et accélérer leur restauration, ainsi que de faciliter les politiques de commerce et de développement durables, au niveau international et national.


Le texte note également l'autonomisation des communautés locales, y compris les peuples autochtones, qui résultent souvent négativement affectés par l'exploitation et la dégradation des forêts.


La déclaration vise également à mettre en œuvre et à remanier les politiques et les programmes agricoles afin de réduire la faim et de protéger l'environnement.


La finance est également un élément clé de l'engagement, les dirigeants promettant de faciliter l'alignement des flux financiers sur les objectifs internationaux visant à inverser les pertes et les dégradations, tout en garantissant des politiques permettant d'accélérer la transition vers une économie plus verte.


Au cours de la dernière décennie, environ 40 fois plus de fonds ont été consacrés à des pratiques d'utilisation des terres destructrices plutôt qu'à la protection des forêts, à la conservation et à l'agriculture durable.


L'engagement signé par plus de 30 institutions financières couvrant plus de 8.700 milliards de dollars d'actifs mondiaux sous gestion vise à changer cette situation. Il vise à s'éloigner des portefeuilles qui investissent dans des chaînes d'approvisionnement de produits agricoles de base à haut risque de déforestation et à s'orienter vers une production durable.


Du chocolat sans culpabilité


Le Président indonésien, Joko Widodo, s'est joint à Boris Johnson pour annoncer que 28 pays, représentant 75% du commerce mondial de produits clés qui menacent les forêts, comme l'huile de palme et le cacao, se sont engagés à prendre une série de mesures pour assurer un commerce durable.


« Du chocolat sans culpabilité ! », s'est écrié le ministre britannique de la Primauté du droit, en rappelant que la Feuille de route pour l'action en matière de forêts, d'agriculture et de commerce des produits de base est un nouveau partenariat entre les gouvernements des principaux pays producteurs et consommateurs pour briser le lien entre la déforestation et les produits agricoles de base.


La feuille de route accélérera les actions visant à encourager la durabilité dans la chaîne d'approvisionnement, à aider les petits exploitants agricoles à participer aux marchés, à améliorer la transparence des chaînes d'approvisionnement et à promouvoir les nouvelles technologies et l'innovation. Pour en savoir plus sur le processus FACT, cliquez ici.


Un projet de restauration dans le nord de la République démocratique du Congo ramène des terres dégradées à la productivité.
CIFOR/Axel Fassio


Un projet de restauration dans le nord de la République démocratique du Congo ramène des terres dégradées à la productivité.


L'engagement du bassin du Congo


Les annonces ne se sont pas arrêtées là. Les co-organisateurs de la COP26 ont présenté l'engagement du Bassin du Congo, qui a été signé par plus de 10 pays, le Bezos Earth Fund et l'Union européenne afin de mobiliser 1,5 milliard de dollars pour protéger les forêts, les tourbières et d'autres réserves critiques de carbone.


« Le bassin du Congo est le cœur et le poumon du continent africain, nous ne pouvons pas gagner la bataille contre le changement climatique si nous ne gardons pas le bassin debout », a déclaré le Président du Gabon, Ali Bongo Ondimba.


Selon le Premier ministre britannique, cette initiative s'inscrit également dans le cadre de la nouvelle promesse mondiale de financement des forêts, qui s'élève à plus de 12 milliards de dollars.


« Les plus grands engagements collectifs de fonds publics pour l'action climatique de l'histoire. Mettons fin à ce grand massacre mondial à la tronçonneuse », a-t-il déclaré.


Les États-Unis et la Colombie s'engagent également


Également présent lors de l'événement d'aujourd'hui, le Président américain Joe Biden a déclaré que son pays s'engageait à garantir la gratuité de l'eau, à préserver la biodiversité, à protéger les communautés indigènes et à réduire le risque de propagation des maladies.


M. Biden a ajouté que 20 millions d'hectares de terres forestières sont déjà en cours de restauration et que les États-Unis annoncent un nouveau plan pour soutenir l'arrêt de la déforestation et la restauration des puits de carbone.


Le président américain Joseph R. Biden s'adresse à la Conférence sur le climat COP26 à Glasgow, en Écosse.
RUNIC/Miranda Alexander-Webber


Le président américain Joseph R. Biden s'adresse à la Conférence sur le climat COP26 à Glasgow, en Écosse.


« Nous devons aborder cette question avec le même sérieux que la décarbonisation de nos économies. C'est ce que nous faisons aux États-Unis », a-t-il déclaré.


Notant que des milliards de dollars seraient mobilisés, M. Biden a ajouté que les États-Unis visaient à soutenir la restauration de 200 millions d'hectares de forêts d'ici à 2030. « Ce plan est le premier du genre ».


De son côté, le Président colombien Ivan Duque a promis de protéger 30 % du territoire de son pays d'ici à 2022.


« Nous ne pouvons pas attendre 2030, nous devons agir maintenant pour protéger nos forêts », a-t-il déclaré, s'attirant une ovation de la salle pour l'une des promesses les plus ambitieuses présentées à la COP26.


La promesse de Jeff Bezos et d'autres actions du secteur privé


« La nature est belle, mais elle est aussi fragile. On me l'a rappelé en juillet lorsque je suis allé dans l'espace avec Blue Origin. On m'a dit que le fait de voir la Terre depuis l'espace changeait le regard que l'on porte sur le monde, mais je n'étais pas préparé à ce que cela soit vrai », a déclaré Jeff Bezos, fondateur d'Amazon, lors de la COP26.


Par l'intermédiaire de son Fonds pour la Terre Bezos, il a promis un financement supplémentaire de 2 milliards de dollars pour aider à restaurer la nature et à transformer les systèmes alimentaires. Le Fonds avait promis un autre milliard de dollars plus tôt en septembre.


« Allons-nous, dans cette salle, travailler ensemble pour offrir à nos enfants et petits-enfants l'amélioration du monde naturel ? Je sais que la réponse est oui... et je suis impatient de travailler ensemble sur cet important voyage », a déclaré le philanthrope.


Le Président d'Amazon, Jeff Bezos, s'exprime lors de la conférence sur le climat COP26 à Glasgow, en Écosse.
RUNIC/Miranda Alexander-Webber


Le Président d'Amazon, Jeff Bezos, s'exprime lors de la conférence sur le climat COP26 à Glasgow, en Écosse.


Trois autres initiatives majeures ont également été lancées mardi :


- L'Innovative Finance for the Amazon, Cerrado and Chacho ("IFACC") devait annoncer 3 milliards de dollars pour accélérer la production de soja et de bétail sans déforestation et sans conversion en Amérique du Sud.


- La Natural Capital Investment Alliance ("NCIA") de la Sustainable Markets Initiative, une organisation fondée par SAR le Prince de Galles pour stimuler l'investissement privé dans le capital naturel, a annoncé 12 nouveaux membres et prévoit de mobiliser 10 milliards de dollars de capitaux privés d'ici à la fin 2022.


- Un premier milliard de dollars de fonds publics et privés sera obtenu par le biais de la coalition LEAF (Lowering Emissions by Accelerating Forest Finance) qui comprend de grandes entreprises telles que Delta, PWC, Airbnb, Unilever. Cette coalition fournira des fonds aux pays qui réussissent à réduire les émissions dues à la déforestation, à condition que ces réductions aient été vérifiées et confirmées de manière indépendante. Le financement ne sera accordé que par des entreprises qui se sont déjà engagées à réduire leurs émissions dans leurs propres chaînes d'approvisionnement.


Institutions financières


Une déclaration commune de neuf banques multilatérales de développement, dont la Banque mondiale, a été présentée pour soutenir tous les investissements et transitions annoncés.


Elles s'y engagent à intégrer la nature dans leurs investissements et dans le dialogue politique avec les pays.


Réaction des dirigeants autochtones


Plus de 1,6 milliard de personnes dans le monde dépendent des forêts pour leur subsistance, et les peuples autochtones sont les gardiens d'au moins 36% des grandes forêts intactes de la planète. Il est prouvé que lorsque les populations locales sont habilitées à gérer les forêts, celles-ci sont mieux protégées et mieux gérées.


Plusieurs dirigeants autochtones de diverses régions du monde ont réagi à l'engagement de Glasgow en faveur des forêts et des terres au cours de l'événement.


« Nous chercherons des preuves concrètes d'une transformation de la manière dont les fonds sont investis. Si 80 % de ce qui est proposé est destiné à soutenir les droits fonciers et les propositions des communautés indigènes et locales, nous verrons un renversement spectaculaire de la tendance actuelle qui détruit nos ressources naturelles », a déclaré Tuntiak Katak, Vice-coordinateur de la Coordination des organisations indigènes du bassin de l'Amazone (COICA).


« Nous sommes prêts à agir, et nous allons travailler ensemble, nous ne nous noierons pas... Nous voyageons tous dans le même canoë du bassin fluvial », a-t-il souligné.

Copyright © da fonte (mencionado acima). Todos os direitos reservados. O Land Portal distribui materiais sem a permissão do proprietário dos direitos autorais com base na doutrina de “uso justo” dos direitos autorais, o que significa que publicamos artigos de notícias para fins informativos e não comerciais. Se você é o proprietário do artigo ou relatório e gostaria que ele fosse removido, entre em contato conosco pelo endereço hello@landportal.info e removeremos a publicação imediatamente.

Várias notícias relacionadas à governança da terra são publicadas no Land Portal todos os dias pelos nossos usuários, partindo de várias fontes, como organizações de notícias e outras instituições e indivíduos, representando uma diversidade de posições sobre cada tópico. Os direitos autorais estão na origem do artigo; a fundação não tem o direito legal de editar ou corrigir o artigo, nem endossar o seu conteúdo. Para fazer correções ou solicitar permissão para republicar ou outro uso autorizado deste material, entre em contato com o detentor dos direitos autorais.

Compartilhe esta página