L'exploitation minière, les droits fonciers et l'environnement : Économies politiques des conflits, des déplacements et de la capture des ressources en Afrique australe | Land Portal

Cet article de blog fait partie de la série  Quoi lire.


En tant que chercheur compilant les portefeuilles de pays africains pour le Land Portal, j'ai été frappé par le creusement des inégalités, tant au sein des pays du Sud qu'entre le Sud et le Nord. Les liens entre l'exploitation minière, la captation des ressources et les conflits sont apparus comme un thème transversal. 

Dans ce condensé de Quoi lire, je présente des recherches récentes qui ont tenté de quantifier la valeur de l'extractivisme du Nord, avant de passer en revue des rapports récents examinant les impacts de l'exploitation minière du coltan, des rubis, du charbon et de l'or dans quatre pays d'Afrique australe et centrale. Les rapports révèlent comment l'exploitation minière informelle est en hausse dans tout le sous-continent africain, tout en soulignant les dommages environnementaux considérables associés à l'exploitation minière à toutes les échelles. 

En bonus, j'ai inclus un guide " Quoi regarder " lié qui liste des vidéos documentaires utiles pour aider à placer les différents rapports dans leur contexte.

Alors que ces rapports et vidéos dépeignent des conflits et des dépossessions apparemment insolubles, il existe des initiatives importantes qui cherchent à contrer ces tendances.

Articles reviewed in this issue:

 

Inscrivez-vous ici pour recevoir ce bulletin dans votre e-mail.


 

 

La valeur de l'extractivisme nordique

L'inégalité criante des échanges économiques entre le Nord industrialisé et le Sud global s'étend sur les périodes coloniales et post-coloniales. Un article récent paru dans le Open Access Journal of Global Environmental Change fournit un chiffrage de cette appropriation. Jason Hickel et ses co-auteurs ont constaté qu'au niveau mondial, en 2015 : 

Le Nord s'est approprié net du Sud 12 milliards de tonnes d'équivalents de matières premières incorporées, 822 millions d'hectares de terres incorporées, 21 exajoules d'énergie incorporée, et 188 millions d'années-personnes de travail incorporé, d'une valeur de 10,8 trillions de dollars aux prix du Nord - suffisamment pour mettre fin à l'extrême pauvreté 70 fois.

La valeur de ces ressources est équivalente à un quart du PIB du Nord. Dans l'ensemble, "les pertes du Sud dues à l'échange inégal dépassent de 30 fois leurs recettes d'aide totales sur la période (1990-2015)". 

Ailleurs, Hickel a démontré comment la croissance économique du Nord continue de reposer sur des modèles de colonisation. Il montre comment la crise écologique mondiale qui s'accélère continue de se dérouler selon des schémas coloniaux, tant en termes d'émissions que d'utilisation des ressources.
L'exploitation minière est au centre de cette appropriation des ressources. Alors que la majeure partie des opérations minières sont menées par des sociétés multinationales bien capitalisées, un vaste secteur d'exploitation minière artisanale à petite échelle (ASM) s'est développé dans l'ombre des opérations commerciales. Ce secteur prend différentes formes selon le minéral et son emplacement. L'ASM est présente dans tous les pays du Sud et, de la Colombie au Zimbabwe, on estime à 25 millions le nombre de mineurs artisanaux. 

Des études de cas menées sur l'ensemble du continent africain révèlent l'impact de l'exploitation minière sur les droits fonciers, les moyens de subsistance et l'environnement des communautés, et ce, de différentes manières. L'exploitation minière est étroitement associée à l'accaparement des terres et aux déplacements forcés. Les découvertes de minéraux peuvent déclencher un afflux massif de demandeurs d'emploi et la croissance du secteur de l'exploitation minière artisanale et à petite échelle (EMAPE). L'exploitation minière a des impacts environnementaux majeurs et l'échec fréquent de la réhabilitation des mines jonche le paysage de dangers environnementaux.

Dans plusieurs pays africains, dont la RDC, le Mozambique, l'Afrique du Sud et le Zimbabwe, l'exploitation minière, tant dans le secteur formel que dans le secteur ASM, est fréquemment associée à des conflits violents, au travail forcé et au déplacement. Quelque 36 millions de personnes sont actuellement déplacées sur le continent africain. La nature des conflits liés à l'exploitation minière dépend du minerai et de son emplacement, car les mineurs ASM se croisent avec les élites locales, les milices armées, les syndicats criminels transnationaux et les sociétés multinationales, dans des chaînes de valeur complexes qui blanchissent les bénéfices de l'extraction des ressources. 

 

Rapports et initiatives sélectionnés

 

L'exploitation minière et le commerce illicite du coltan en République démocratique du Congo

Par  Oluwole Ojewale, ENACT (2022)
 

Mining and illicit trading of coltan in the DRC

L'exploitation minière et le commerce illicite des minéraux sont depuis longtemps à l'origine de bouleversements sociaux et environnementaux en République démocratique du Congo (RDC). L'exploitation minière du cobalt et du coltan sont étroitement liées. Le cobalt est vital pour la fabrication des batteries au lithium utilisées dans les voitures électriques, tandis que le coltan est l'un des minéraux de conflit les plus précieux et les plus recherchés dans le monde actuel. Une fois raffiné, le coltan devient du tantale métallique. Les condensateurs au tantale sont utilisés dans presque tous les téléphones cellulaires, ordinateurs portables et autres appareils électroniques. 

La lutte pour le contrôle de l'exploitation du coltan est au cœur du conflit dans l'est de la RDC, qui a fait plus de quatre millions de morts au cours de la dernière décennie et déplacé des centaines de milliers de personnes. Les milices rivales, l'armée congolaise et le Rwanda voisin ont tous des intérêts dans le commerce lucratif du coltan. Les agents de l'État, les seigneurs de la guerre et les interventions étrangères rendent le contrôle des mines et des terres environnantes violemment concurrentiel. Cette étude révèle le réseau du crime organisé impliqué dans la production et la chaîne d'approvisionnement du coltan, ainsi que ses liens avec les entreprises légitimes des économies avancées. 

Le rapport de recherche démontre également comment l'exploitation illégale et le trafic de coltan ont eu de multiples impacts sur les droits fonciers, les ressources naturelles et la biodiversité environnementale. Cela a perturbé l'écosystème autour des sites miniers, laissant la terre fragile en raison de la déforestation, de la pollution de l'air et de l'eau et du déversement de déchets toxiques. Les mineurs artisanaux et les entreprises étrangères violeraient également les sites du patrimoine historique et les normes indigènes, provoquant des destructions à grande échelle. 

 

L'auteur a également publié un résumé accessible de ce rapport de recherche dans The Conversation : Ce que l'exploitation du coltan en RDC coûte aux gens et à l'environnement
 

Lire la publication complète

 

     

 

Gratter la surface : Tracer les flux de pierres précieuses de couleur du Mozambique et du Malawi vers l'Asie

Par l'Initiative mondiale contre la criminalité transnationale organisée (2021)

 

Report about tracing coloured gemstone flows from Mozambique and Malawi to Asia

La découverte de gisements de rubis à Cabo Delgado, au Mozambique, en 2009, a été qualifiée de découverte la plus importante de ce siècle et le pays est désormais le plus grand producteur de rubis au monde. On estime que le Mozambique produit jusqu'à 80 % de l'offre mondiale de rubis. 

Ce rapport examine comment l'exploitation minière dans le nord du Mozambique est motivée par des niveaux élevés de pauvreté et de désespoir économique.  La combinaison d'une mauvaise gouvernance et d'une corruption généralisée, allant des petits profits des forces de l'ordre locales aux allégations d'accaparement de terres par des personnalités politiques, crée les conditions dans lesquelles l'exploitation minière illégale peut prospérer. Les pierres précieuses transitent par des réseaux transnationaux qui piègent les communautés minières vulnérables dans la pauvreté et sapent la bonne gouvernance et la sécurité.

Le mélange de pauvreté, de négligence de l'État et de corruption a créé un climat d'instabilité qui a conduit à l'insurrection qui terrorise actuellement les communautés de Cabo Delgado.
Le Mozambique et le Malawi ont développé des portails de cadastre minier accessibles au public, visant à améliorer la transparence autour de la propriété des gisements minéraux. Cependant, cela ne s'est pas encore traduit par des droits miniers plus clairs et plus accessibles pour les opérateurs ASM. Au niveau mondial, la plupart des mineurs artisanaux ne disposent pas de droits fonciers ou de permis légalement reconnus pour extraire des minéraux. 

Lire la publication complète.

 

     

 

Les mines éternelles : Les risques perpétuels liés aux droits des mines de charbon non réhabilitées à Mpumalanga, en Afrique du Sud

Par Human Rights Watch (2022)
 

Ce rapport de Human Right Watch examine comment l'Afrique du Sud est l'un des plus grands émetteurs de dioxyde de carbone au monde. Ceci est principalement dû à la dépendance du pays à l'énergie du charbon. Selon les registres du gouvernement sud-africain, il n'y a pas moins de 400 mines de charbon abandonnées par les sociétés minières commerciales. Cependant, des mineurs informels et artisanaux, connus sous le nom de zama, continuent d'extraire du charbon dans des conditions dangereuses et non réglementées. C'est notamment le cas dans la province de Mpumalanga, qui fait l'objet de ce rapport.

Les risques liés aux mines non réhabilitées vont bien au-delà des personnes qui accèdent aux sites - elles risquent de polluer l'eau de millions de Sud-Africains et leurs terres agricoles. En Afrique du Sud, le charbon se trouve principalement dans des minerais contenant du soufre. Lorsque ces minerais entrent en contact avec l'eau et l'air, de l'acide sulfurique est créé, ce qui peut entraîner une lixiviation supplémentaire des métaux lourds contenus dans les minerais.

Le drainage minier acide (DMA), s'il n'est pas traité, peut avoir des effets dévastateurs : il peut rendre l'eau inutilisable, les sols improductifs et même corroder les infrastructures municipales d'approvisionnement en eau. À la suite d'une campagne menée par la communauté en 2019 pour traiter l'héritage de la mine de charbon non réhabilitée qui a cessé ses activités en 2011, le ministère des Minéraux et de l'Énergie a évalué le coût de la réhabilitation à 450 millions de rands (31 millions de dollars US). Ce montant était 750 fois supérieur à celui que le ministère avait reçu 14 ans plus tôt à titre de garantie. L'inaction du gouvernement national face aux mines de charbon non réhabilitées et aux autres infrastructures charbonnières à travers l'Afrique du Sud a de graves répercussions sur la terre, l'eau, les moyens de subsistance et la santé publique de nombreuses communautés.

 

Lire la publication complète

 

     

 

L'or en voie de disparition au Zimbabwe : Le cas de Mazowe et Penhalonga

Par le Centre pour la gouvernance des ressources naturelles (2022)

 

Ce rapport examine l'impact de l'exploitation minière artisanale au Zimbabwe et la manière dont elle a été captée par des élites politiquement connectées. Les flux financiers illicites (IFF) dans le secteur de l'exploitation aurifère artisanale au Zimbabwe sont responsables de fuites d'environ 3 tonnes d'or, d'une valeur approximative de 157 millions USD chaque mois. Le secteur de l'or artisanal est passé du statut de moyen de subsistance traditionnel pour les familles locales à celui de point d'ancrage des cartels de contrebande d'or qui dérobent le métal précieux au pays. L'exploitation minière artisanale s'est également étendue des gisements d'or alluviaux le long des rivières et des lits de rivière asséchés aux mines désaffectées à grande échelle qui sont maintenant accaparées par les responsables du parti au pouvoir. 

L'exploitation aurifère non réglementée a créé d'énormes dégâts environnementaux. L'or est récupéré à partir du minerai par le processus de cyanure dans lequel le minerai est dissous dans une solution diluée de cyanure de sodium, ou de cyanure de potassium. Le cyanure est un contaminant environnemental hautement toxique. À Penhalonga, plusieurs agriculteurs ont perdu des troupeaux entiers de bétail après avoir bu de l'eau contaminée par le cyanure.

Nous vous recommandons également un rapport 2020 de l'International Crisis Group intitulé All that glisters is not gold : Turmoil in Zimbabwe's gold mining sector qui donne un aperçu supplémentaire de cette industrie conflictuelle. 

 

Lire la publication complète

 

     

 

L'agenda ouvert de la transition juste

Par la campagne Life After Coal

 

Booklet Just transition call for action on mining in South Africa

Cette brochure récemment publiée en Afrique du Sud cherche à mobiliser la société civile pour contrer les modèles actuels d'extraction de ressources et d'énergie qui accélèrent l'urgence climatique, et pour identifier des alternatives.

Plus de 75% des émissions de gaz à effet de serre de l'Afrique du Sud proviennent de la production d'énergie, et plus de 50% de l'énergie est consommée par les industries et les activités minières. 

La campagne Life After Coal a lancé son livret Just Transition Open Agenda en 2022. Celui-ci a été élaboré par les partenaires fondateurs de la campagne, Earthlife Africa, groundWork et le Centre for Environmental Rights. Le livret a pour but d'articuler ce à quoi pourrait ressembler une transition véritablement juste et équitable. Il appelle à une vaste refonte, non seulement du secteur de l'énergie, mais aussi de la société dans son ensemble, en énumérant 12 demandes fondamentales, allant de la réhabilitation des terres et des eaux ruinées par l'extraction et la combustion du charbon à la fin du financement des investissements dans le charbon et les autres combustibles fossiles, y compris le gaz.

La brochure fait des propositions détaillées sur la façon dont un tel programme pourrait être réalisé.

 

Lire la publication complète

 

     

 

Quoi regarder

Un certain nombre de documentaires vidéo puissants et informatifs ont été réalisés pour couvrir différents aspects de l'exploitation minière sur le sous-continent africain. Nous avons compilé une liste restreinte de vidéos pour mieux contextualiser les rapports des quatre pays examinés ci-dessus. Ils sont disponibles seulement en anglais.

 

RDC
Nous vous recommandons The cost of cobalt réalisé par les cinéastes Robert Flummerfelt et Fiona Lloyd-Davies qui est sorti en avril 2021. Le documentaire a été produit pour la série d'enquêtes People and Power d'Al Jazeera.

 

Un documentaire de 2021 intitulé The toxic cost of going green réalisé par Girish Juneja pour la série Unreported World sur Channel 4 News. Ce documentaire examine les dures réalités de l'exploitation minière du cobalt par ASN en RDC.

 

Mozambique

En 2016, la série documentaire Al Jazeera Africa Investigates a produit les guerres des pierres précieuses au Mozambique (non disponible dans certains pays du Nord). Le journaliste mozambicain Estacio Valoi a travaillé avec le réalisateur Callum Macrae pour évaluer les impacts de la concession minière de rubis accordée à une entreprise locale, Mwriti, en partenariat avec une entreprise britannique, Gemfields. 

 

Afrique du Sud
Un documentaire diffusé en juin 2022 par ARTE-TV, intitulé Mining coal to survive, examine la vie des mineurs ASM qui extraient le charbon de mines abandonnées dans la province de Mpumalanga.

 

 

Nous recommandons également We are Zama, un documentaire de 51 minutes de BBC Africa Eye basé sur un film produit par l'anthropologue Rosalind Morris. Il dresse le portrait de migrants qui cherchent à gagner leur vie dans les profondeurs des mines d'or abandonnées d'Afrique du Sud.

 

 

Zimbabwe
Il existe un certain nombre de courts documentaires sur l'exploitation minière artisanale au Zimbabwe. Toutefois, pour en savoir plus sur le secteur aurifère ASM, nous vous recommandons le podcast Talking Africa intitulé Zimbabwe's illicit gold mines, costing lives and money en conversation avec Piers Pigou, l'un des auteurs du rapport 2020 publié par l'International Crisis Group présenté ci-dessus.

 

 

     

 

Dernières réflexions

 

Certains des rapports et documentaires vidéo de ce condensé fournissent également des indications importantes sur la façon dont les solutions proposées au changement climatique, qui peuvent sembler "propres localement", sont souvent "sales globalement". 

George Monbiot a attiré l'attention sur "l'étroitesse de l'accent mis sur le carbone" dans les stratégies de lutte contre le changement climatique, notant comment cela masque "nos autres agressions sur le monde vivant." Par exemple, les solutions proposées à la crise climatique, telles que la transition vers les véhicules électriques, sont projetées comme faisant partie d'une révolution "propre et verte" des transports. Cependant, elles dépendent fortement de l'approvisionnement en "cobalt sanguin, lithium sanguin et cuivre sanguin". 

Les autres rapports mentionnés ci-dessus, qui explorent les opérations d'extraction de pierres précieuses, de charbon et d'or, exposent tous des systèmes d'extraction de ressources fondamentalement inéquitables et non durables qui remontent à l'ère coloniale.

Considérées ensemble, les ressources compilées pour ce condensé soulignent le besoin urgent d'une pensée systémique transdisciplinaire appliquée. Cela permet de comprendre et d'établir des liens entre des processus et des relations qui sont généralement considérés séparément - une condition préalable si nous voulons nous organiser avec succès pour apporter des changements systémiques essentiels.

 

 
Pour plus d'informations:
 

 

 

 
 

 

 

Compartilhe esta página