Trop c'est trop | Land Portal


Aujourd'hui, je suis à bord du navire Arctic Sunrise de Greenpeace, alors que nous confrontons la compagnie de combustibles fossiles, Shell, pour son rôle dans la dévastation du climat dans le monde entier - tout en ne payant rien pour cette destruction. C'est maintenant une tendance presque partout dans le monde, le combustible fossile et l'extraction du pétrole deviennent la nouvelle tendance et un véritable trésor, pour quelques élus. Il est vrai que les gouvernements ont besoin d'argent, et il semble plus facile et plus rapide pour eux de l'avoir grâce à l'exploitation des combustibles fossiles.


Il y a quelques jours à peine, l'Ouganda a lancé ses premières activités de forage dans les champs pétroliers de Kingfisher, dans le lac Alberty, malgré les critiques formulées par les écologistes à l'égard du projet. De l'Ouganda à la RDC, c'est presque le même scénario, voire pire. En 2021, le gouvernement de la RDC a approuvé la mise aux enchères de 27 blocs pétroliers et de trois blocs gaziers en vue de leur exploitation. Cette initiative, présentée comme un moyen de sauver l'économie de la RDC, constitue une menace pour la forêt tropicale et les tourbières du Congo. Il est important de noter que trois des blocs pétroliers chevauchent l'un des plus grands puits de carbone du monde, dont on estime qu'il stocke 30 milliards de tonnes de carbone. 


Shell, la société à laquelle les activistes se sont confrontés le 31 janvier, cause de nombreux dommages dans le monde entier depuis plusieurs décennies. Depuis son arrivée dans le delta du Niger dans les années 1950, Shell a été impliquée dans des violations des droits de l'homme et de l'environnement. Les données montrent que depuis 1965, les émissions de carbone de Shell représentaient 2,3 % des émissions TOTAL du monde entier. 


Derrière de fausses promesses, des vies de communautés sont toujours en danger  


Depuis plus d'une décennie, les dirigeants mondiaux prêchent un message bien préparé sur l'action climatique. Au cours d'événements mondiaux qui ressemblent de plus en plus à une sorte de parade d'exposition, ils se présentent comme étant engagés dans la lutte contre le changement climatique. Mais la réalité est totalement différente. Pendant que tous ces dirigeants tardent à agir, des milliers de personnes ont souffert et souffrent encore des impacts climatiques. Au Cameroun, nous avons enregistré plusieurs événements climatiques extrêmes. En 2019, des glissements de terrain causés par de fortes pluies ont tué 42 personnes et laissé des centaines de personnes sans abri. En septembre 2022, des rapports ont indiqué que des inondations ont détruit des milliers de maisons. Les régions du Littoral et du Nord du pays ont été les plus touchées. Les données du relief webmontrent qu'en septembre 2022, plus de 37 000 personnes ont été touchées par les inondations et que les populations affectées vivent dans des familles d'accueil, dans des écoles ou dans des camps de fortune. 


Il est attristant de penser aux souffrances liées aux impacts climatiques. La destruction, le déplacement, la perte de vies et la misère générale. 


La confrontation en mer que nous avons organisée avec nos militants est notre façon de tenir bon et de dire que ça suffit. C'est notre façon de nommer et de faire honte à Shell et à l'ensemble de l'industrie des combustibles fossiles qui profitent sans vergogne des injustices climatiques et favorisent le changement climatique. Nous avons ciblé Shell, mais le message que nous voulons faire passer au monde entier s'adresse à toutes les entreprises de l'industrie des combustibles fossiles et de la pollution : "Arrêtez de forer. Commencez à payer". Cette action est notre façon de joindre notre voix à celles de toutes les communautés qui se lèvent également pour agir et s'opposer aux criminels du climat.  



Combien de personnes doivent encore mourir ou être déplacées et combien de parties de la nature doivent encore être détruites avant que cela ne soit suffisant ? Il est maintenant temps pour ces entreprises et ces gouvernements d'arrêter de détruire et de commencer à payer pour les pertes ou les dommages qu'ils ont causés à des vies, des maisons, des moyens de subsistance, des langues et des cultures. Bien sûr, aucune somme d'argent ne peut compenser les vies perdues à cause du changement climatique, mais les personnes et les communautés qui subissent ces impacts, en particulier dans les pays à faible revenu, ont vraiment besoin d'aide et de soutien pour reconstruire leur vie. Nous sommes dans le même bateau puisque le changement climatique est mondial et non local. Il est donc nécessaire que nous construisions un fort sentiment de communauté, ce qui nous fait penser à Ubuntu, un terme africain Nguni Bantu qui signifie "Je suis parce que vous/nous sommes".


Pour un monde sûr, équitable et sain, nous avons besoin de la justice climatique. Il est temps que Shell et toutes les autres sociétés de combustibles fossiles paient pour les pertes et dommages causés par leurs émissions et cessent l'expansion de leurs activités. Nous devons au contraire opérer une transition rapide vers une énergie propre, accessible et abordable pour tous. Shell doit cesser ses activités de forage et commencer à payer. Ce serait la justice.


Photo : Des militants pour la justice climatique de Greenpeace s'approchent et montent à bord d'une plateforme Shell en route vers un grand champ pétrolifère avec un message : ARRÊTEZ LE FORAGE. COMMENCEZ À PAYER". ​


Compartilhe esta página