Les enfants délaissent l’école dans les villages miniers du Cameroun | Land Portal

Dans les villages miniers du Cameroun, notamment dans la région de l’Est où l’activité aurifère est florissante, parents, autorités traditionnelles et responsables d’écoles sont aux abois. 

Dans un silence studieux, seuls 10 élèves de l’école publique du village Mali, dans la commune de Betaré Oya à l’Est du Cameroun, affrontent les épreuves de l’examen blanc du certificat d’études primaires.

Ce jour-là, 7 candidats manquent à l’appel. Le village Mali est le fief de l’exploitation de l’or dans cette région.
 

Orpailleur dès l’âge de 7ans

"Malgré la sensibilisation des autorités traditionnelles et même du corps enseignant, sans oublier les parents, nous nous retrouvons toujours avec ce problème récurrent de déperdition scolaire", explique à VOA Afrique Antoine Adamou, directeur de l’école publique du village Mali.

Ce dernier parle d’un phénomène qui concerne autant les jeunes garçons que les jeunes filles en âge de scolarisation. "Mêmes les forces de l’ordre ont été interpellées pour qu’on interdise aux enfants d’entrer dans les trous d’or les jours ouvrables, mais c’est en vain", soutient Antoine Adamou.

Dieudonné Kabo, directeur de l’école publique de Borongo, le 9 juin 2021. (VOA/Emmanuel Jules Ntap)

Dieudonné Kabo, directeur de l’école publique de Borongo, le 9 juin 2021. (VOA/Emmanuel Jules Ntap)

 

Sur l’effectif de 100 élèves des cours élémentaires 1 et 2 de l’école publique du village Mali, seuls 8 ont répondu présents en début du mois de juin. La plupart des 346 élèves inscrits en début d’année scolaire ont déserté l’établissement qui a été envahi par les folles herbes.

La déperdition scolaire inquiète également Dieudonné Kabo, le directeur de l’école publique de Borongo, un village de l’Est du Cameroun situé à 20km de la Centrafrique.

"Depuis deux ans, avec la présence des entreprises chinoises aux environs de ce village, les enfants cherchent de l’or dans les trous abandonnés par ces Chinois, nous avons alerté la chefferie traditionnelle par écrit ainsi que la hiérarchie parce que la situation se dégrade progressivement", explique-t-il.

 

Parents aux abois

"En tant que parents, nous sommes fatigués, même lorsqu’on utilise la méthode forte pour pousser les enfants à abandonner le travail de l’or, ils ne comprennent pas, si on les prive de nourriture, ils sont capables d’acheter eux-mêmes à manger puisqu’ils ont de l’argent", explique Hermine Zarmo, une maman au village Mali.

Selon Adrienne Angué, une résidente du quartier Trypano à Batouri, une autre localité aurifère dans l’Est du Cameroun, "quand on permet aux gens d’aller chercher l’or même un enfant de 10 ans va travailler car il se dit qu’il peut déjà gagner sa vie au chantier minier".

Sur les chantiers miniers de Kambelé III ou au village Mali, aucun de ces enfants orpailleurs ne souhaite s’exprimer sur le phénomène de déperdition scolaire.

 

 

Accidents, éboulements, noyades

Les autorités municipales mettent désormais les médias à contribution pour sensibiliser contre l’abandon scolaire dans les villages miniers. A la radio communautaire de Batouri, le chef de chaîne Mourouane Oumarou précise que, "la radio diffuse des programmes en trois langues locales sur les problématiques du secteur minier, on fait des débats et on sensibilise les jeunes élèves qui quittent les salles de classe pour les trous d’or".

Les conséquences, ajoute Mourouane Oumarou, "nous les connaissons tous, il y a la sous-scolarisation, c’est pourquoi nous disons que c’est aux parents de bien jouer ce rôle de relais, afin d’amener les enfants à comprendre que dans l’immédiat l’important ce n’est pas de l’argent".

De nombreuses jeunes filles sont aussi concernées par les grossesses précoces dans les villages miniers de l’Est. Une région de l’Est qui figure parmi les 4 régions où le pourcentage d'enfants non scolarisés est important, soit 13,3%. La situation est plus prononcée en milieu rural qu'en milieu urbain.

Related content: 
19 Junho 2021
Camarões
L'Agroindustrie Camvert, qui ambitionne créer 8 milles emplois directs, et produire 180 milles tonnes d'huile de palme par an, déploie déjà ses Stratégies pour un développement durable intégré, au grand soulagement des masses populaires.
Relatórios e Pesquisa
Maio 2021
Camarões

La décision du gouvernement camerounais de réformer le cadre juridique du foncier est une opportunité d’assurer une réelle protection des droits fonciers ruraux, dans un contexte où les investissements et les projets à grande échelle augmentent l’insécurité foncière à travers le pays.

Cameroon_accaparrement de terres - by DW
8 Janeiro 2021
Camarões

Au Cameroun, les populations rurales accusent la Socapalm, une entreprise de plantation de palmiers à huile, de les déposséder de leurs terres. La Socapalm appartient à la Socfin, une holding basée au Luxembourg et dont le groupe Bolloré mais aussi l’homme d’affaires belge Hubert Fabri sont actionnaires. Enquête.

Copyright © da fonte (mencionado acima). Todos os direitos reservados. O Land Portal distribui materiais sem a permissão do proprietário dos direitos autorais com base na doutrina de “uso justo” dos direitos autorais, o que significa que publicamos artigos de notícias para fins informativos e não comerciais. Se você é o proprietário do artigo ou relatório e gostaria que ele fosse removido, entre em contato conosco pelo endereço hello@landportal.info e removeremos a publicação imediatamente.

Várias notícias relacionadas à governança da terra são publicadas no Land Portal todos os dias pelos nossos usuários, partindo de várias fontes, como organizações de notícias e outras instituições e indivíduos, representando uma diversidade de posições sobre cada tópico. Os direitos autorais estão na origem do artigo; a fundação não tem o direito legal de editar ou corrigir o artigo, nem endossar o seu conteúdo. Para fazer correções ou solicitar permissão para republicar ou outro uso autorizado deste material, entre em contato com o detentor dos direitos autorais.

Compartilhe esta página