Litige foncier Ndingler: le préfet de Mbour réunit Babacar Ngom et les villageois autour d’une table | Land Portal

 

Source: Pressafrik.com

Date: 29/04/2020

L’affaire a fait grand bruit depuis l’hivernage dernier. A Ndengler, village de la commune de Ndiaganiao, un litige foncier sur fond de spoliation, oppose les villageois à l’homme d’affaires Babacar Ngom, champion national dans l’aviculture. Après plusieurs péripéties houleuses soldées notamment par une cascade d’arrestations dans les rangs des villageois, l’heure de la décrispation semble avoir sonné. Le week-end écoulé, l’homme d’affaires Babacar Ngom et la délégation du village de Ndengler se sont retrouvés autour d’une table à la Préfecture de Mbour pour trouver un terrain d’entente.

 

Seules les montagnes ne se rencontrent pas, dit l’adage. au rythme où vont les choses, il y a de l’espoir de trouver une issue heureuse au conflit qui a opposé l’homme d’affaires Babacar ngom, ancien Président Directeur Général de Sédima, aux populations du village de Ndengler. Ce conflit frontal a connu son début lors de l’hivernage dernier à cause de la récupération de l’emprise des champs des villageois par l’homme d’affaires suite à une délibération sur 300 ha de la commune de Sindia. Une délibération qui a été une source de révolte des populations de Ndengler, village situé dans la commune de Ndiaganiao.

Porté par l’ensemble des 15 villages du Sandock, le Forum civil, des personnalités politiques et indépendantes, le combat avait pris des proportions inquiétantes surtout que les populations veulent à tout prix récupérer leurs terres. vu la tension qui montait et qui pourrait dégénérer, le maire de la commune de Ndiaganiao, Gana Gning avait alors demandé au Préfet d’alors du département de Mbour, Saër Ndao, par écrit de faire la délimitation pour que l’erreur soit rectifiée car jamais on a vu une commune délibérer sur les terres d’une autre collectivité locale.

Une correspondance restée sans suite selon nos sources. les populations qui malgré les arrestations n’ont jamais baissé les bras, avaient accentué le combat. Tout récemment, les vigiles qui sont recrutés par l’entreprise ont eu des bisbilles avec la population qui voulait défricher les champs à l’approche de l’hivernage. les employés de Sédima qui voulaient empêcher les paysans de franchir le canal qui a été creusé par l’entreprise, ont eu de chaudes empoignades avec les villageois. Ainsi, les vigiles avaient brandi des armes à feu pour les menacer. Les villageois qui détenaient des armes blanches ont riposté et ont forcé le passage. Ces images qui circulent dans les Réseaux sociaux ont fini par ameuter toutes les autorités administratives de la région de Thiés.

La décrispation en marche.
Nouvellement affecté, le Préfet Mor Talla Tine a été saisi par le maire de Ndiaganiao Gana Gning pour la recherche d’une solution pacifique au conflit. auparavant, l’homme d’affaires Babacar Ngom avait proposé aux villageois de tenir une négociation bipartite. mais la population lui avait opposé un niet catégorique. toutefois, elle avait proposé une autre forme de négociation qui devait se tenir à la Préfecture de Mbour en présence du Préfet et des services qui sont impliqués dans cette affaire de délibération qui a facilité à Babacar Ngom l’obtention d’un titre foncier.

Le weekend écoulé, la rencontre a eu lieu. elle s’est tenue en présence de Babacar Ngom, de la délégation du village de Ndengler dirigée par le chef de village Galgor Dione, du chef du Service des centres fiscaux de Mbour, de M. Bassirou Diomaye Faye son collègue et non moins coordonnateur de la cellule des cadres du parti Pastef, du chef du Bureau du cadastre, de la DSCOS, du chef de l’antenne des Renseignements généraux, du capitaine commandant la compagnie de Gendarmerie de Mbour et d’autres personnalités. les discussions démarrèrent après un bref rappel historique prouvant que la commune de Sindia a empiété sur la commune de Ndiaganiao. De l’avis du représentant du service du cadastre, la procédure pour l’affectation d’un titre foncier à Babacar Ngom n’a souffert d’aucune irrégularité. mais, ses allégations vont être démontées par Bassirou Diomaye Faye qui leur a opposée l’absence d’enquête.

Pour se défendre, le représentant du cadastre soutient que son service s’est basé sur la délibération de la commune de Sindia. Prenant la parole, l’homme d’affaires Babacar Ngom, s’est dit «peiné et meurtri que son nom soit traîné dans la boue», regrettant que les gens le fassent passer aux yeux de l’opinion comme un corrupteur. «Je n’ai  jamais  tenté  de  corrompre  personne mais je passe à travers les réseaux sociaux et la presse comme un as dans la corruption» s’est-il offusqué.

Du côté des villageois, l’on s’est voulu catégorique, la seule issue heureuse n’est rien d’autre que la récupération de leurs champs. A l’approche de l’hivernage, la délégation a soutenu que les villageois vont exploiter leurs champs et advienne que pourra. En plus, ils tiennent l’homme d’affaires pour responsable de tout ce qui arrivera dans la zone. le Préfet, Mor Talla Tine, prenant la parole, en tant que médiateur, a laissé entendre qu’il n’a pas les prérogatives de retirer un titre foncier qui a été signé par le chef de l’Etat mais, promet vu la situation, de faire de son mieux dans ce dossier pour arrondir les angles.

Ainsi, le chef de l’exécutif départemental de demander au maire de Ndiaganiao s’il n’a pas une réserve dans la commune susceptible d’être affectée à la population en guise de réparation de préjudice. Une interpellation à laquelle le maire Gana Gningue répondra par la négative. Le Préfet dira avoir insisté sur cette probabilité, car, a-t-il indiqué, au cas contraire il serait contraint de faire sien l’adage» déshabiller Saint Jean pour habiller Saint Paul» et qu’une telle démarche allait empirer la situation parce qu’il est impensable de retirer les champs des paysans pour les affecter à d’autres paysans, a- t-il précisé.

Mesurant la gravité du moment, Mor talla Tine s’est adressé directement à l’homme d’affaires Babacar ngom. «Vous avez entendu les gens. Maintenant face à cette situation,  pouvez-vous  laisser  aux  villageois leurs champs puisqu’il ne s’agit pas de toute la  superficie  de  votre  projet  mais  de quelques dizaines d’hectares? « Babacar Ngom de lui répondre qu’il n’est plus D.G de la Sédima mais qu’il va discuter avec l’actuelle responsable (sa fille) qui lui a succédé puis il reviendra au Préfet pour lui faire un compte rendu. C’est sur cette note de promesse de l’homme d’affaires Babacar Ngom que le Préfet, Mor Talla Tine a levé la réunion tout en ayant l’espoir que d’ici peu son interlocuteur lui reviendra avec une proposition convaincante. 

Copyright © Source (mentionné ci-dessus). Tous droits réservés. Le Land Portal distribue des contenus sans la permission du propriétaire du copyright sur la base de la doctrine "usage loyal" du droit d'auteur, ce qui signifie que nous affichons des articles de presse pour des fins d'information non commerciales. Si vous êtes le propriétaire de l'article ou d'un rapport et que vous souhaitez qu'il soit retiré, s'il vous plaît nous contacter à hello@landportal.info et nous le supprimerons immédiatement.

Divers articles de presse liés à la gouvernance foncière sont publiés sur le Land Portal chaque jour par ses utilisateurs, à partir de diverses sources, telles que les agences de presse et d'autres institutions et individus, ce qui représente une diversité de positions sur tous les sujets. Le droit est à la source de l'article; la Land Portal Foundation n'a pas le droit de modifier ou de corriger l'article, ni d'endosser son contenu. Pour apporter des corrections ou demander la permission de republier ou toute autre utilisation de ce contenu, merci de contacter le titulaire du droit d'auteur.

Partagez cette page