Q&R avec le leader autochtone Gam Shimray sur la façon dont les droits, la biodiversité et l'avenir mondial sont entrelacés | Land Portal
Il y a deux mois, la norme sur les droits fonciers a été lancée en marge de la Conférence des Nations Unies sur le changement climatique (CoP27) en Égypte. Il s'agit d'un document unique en son genre, élaboré pendant trois ans avec plus de 70 groupes autochtones, locaux et afro-descendants, qui définit de manière élégante mais ferme des voies pour "prendre en compte et respecter leurs droits distincts et différenciés, y compris leur autonomie, leurs priorités et leur cosmovision", comme l'indique son préambule.


 


Maintenant vient le vrai travail : donner vie aux mots de la Norme.



 


L'une des premières étapes de ce voyage a été la 15e Conférence des Parties de la Convention des Nations Unies sur la diversité biologique (UN CBD CoP15). L'objectif principal de la CoP15 était l'adoption d'un nouveau cadre mondial pour la biodiversité sur la manière dont les pays et les institutions peuvent et doivent préserver la biodiversité - et l'objectif des créateurs de la norme sur les droits fonciers est de s'assurer que leurs droits sont inclus dans le cadre de toutes les manières susmentionnées


À la veille de la CoP15, Landscape News s'est entretenu avec Gam Shimray, secrétaire général de l'Asia Indigenous Peoples Pact (AIPP), qui défend et promeut les droits des peuples autochtones depuis près de 30 ans (période pendant laquelle il a contribué à l'élaboration des objectifs d'Aichi en matière de biodiversité lors de la CoP10 de la CDB en 2010). Il explique ici à quel point les droits, la biodiversité et l'avenir mondial sont intimement liés.


 


Quel est le lien entre la norme sur les droits fonciers et la biodiversité ?


La reconnaissance et le respect des droits fonciers sont vraiment la question fondamentale lorsqu'il s'agit de biodiversité, et j'aborde ce sujet d'un point de vue holistique. En ce qui concerne une grande partie de notre spiritualité et de notre culture, ainsi que nos rituels en tant que peuples indigènes, tout commence par la terre. C'est aussi là que la biodiversité entre en jeu.


La terre est l'épine dorsale de la vie, nécessaire à l'épanouissement de tout le reste, en termes d'exercice de notre liberté et de notre responsabilité et de la façon dont la vie s'épanouit sur la terre. C'est la source, ou le début, de tout pour nous. La terre est la question fondamentale de tout.


Nous choisissons la terre, mais nous demandons ensuite la permission du Créateur pour savoir si nous pouvons nous installer dans ce morceau de terre, qui, selon nous, est une terre riche et bonne où les écosystèmes et tout le reste peuvent prospérer. Ensuite, nous faisons le vœu d'avoir une relation symbiotique avec les autres êtres de l'écosystème. Par ce vœu, nous exprimons notre interconnexion.


La terre est sacrée parce qu'elle nous a précédés dans l'ordre des choses. La terre est le lieu où nous prêterons toujours serment - au nom de la terre. C'est un cycle interdépendant qui ne doit pas être rompu si nous voulons préserver l'intégrité de la vie. Sans cela, la relation se désintègre, et le système écologique, tout ce en quoi nous croyons, se désintègre.



 

Dans quelle mesure les humains et la biodiversité sont-ils bien intégrés aujourd'hui ? Ou bien, le cycle que vous décrivez a-t-il été brisé ?


L'érosion et la distorsion des perspectives est un fait fondamental, et cela se produit partout. On ne sait plus très bien quelles sont les questions essentielles et les valeurs et principes fondamentaux que nous essayons de protéger, et comment et où les choses sont liées. Et une fois que cela devient flou, les choses commencent à s'effondrer. C'est le défi fondamental que je vois.


 


Depuis la 10e conférence des parties de la Convention des Nations unies sur la diversité biologique (UN CBD CoP10), qui a fixé les objectifs d'Aichi en matière de biodiversité, nous avons fortement insisté sur le rôle de la culture comme pilier. Lorsque nous (les peuples autochtones) disons que la culture est un pilier, nous voulons dire qu'elle nous aide à ordonner notre façon de faire les choses. Il est essentiel que nous nous concentrions sur la culture car celle-ci détermine dans une large mesure notre comportement.


 


Donc, si nous parlons de changer de comportement, ou d'essayer d'améliorer notre comportement, il est nécessaire que nous comprenions bien où notre culture fait fausse route et où elle essaie de trouver son alignement. Cela signifie qu'il faut trouver les principes fondamentaux et les valeurs essentielles qui donnent un sens et une sorte d'ordre pour que tout tienne ensemble.


 


C'est également ce que la norme sur les droits fonciers tente de traiter.


 


Craignez-vous que cette perspective de la culture en tant que pilier ait été négligée lors de la CoP15 ?


 


J'ai des inquiétudes, et je sais que ce sera très difficile. Les groupes autochtones et les peuples autochtones qui ont participé à la CdP15 ont discuté de cette question, mais il peut être très difficile pour nous d'articuler clairement ces choses parce que nous n'avons pas toujours la capacité de le faire d'une manière efficace dans un environnement international.


Mais je suis également convaincu que nos amis autochtones qui étaient présents à la CdP15 ont fait de leur mieux pour faire valoir ce point très crucial, comme nous l'avons fait à la CdP10 à Aichi.


Cependant, de nombreux gouvernements et entreprises ne comprendront souvent pas, à moins que vous n'essayiez de quantifier cela en termes monétaires. Alors comment faire ?


Cependant, de nombreux gouvernements et entreprises ne comprendront pas à moins que vous n'essayiez de quantifier cela en termes monétaires. Alors comment faire ?


 


Comment la norme sur les droits fonciers a-t-elle été utile lors de la CoP15 et dans le travail sur la restauration de la biodiversité en général ?


La norme constitue un point supplémentaire et légitime fournissant les arguments et justifications nécessaires pour plaider en faveur des droits fonciers - une question que nous essayons également de rendre centrale dans la CDB. Là-bas, l'argument est que les droits fonciers et leur mise en œuvre devraient être un indicateur de la réussite du travail sur la biodiversité. La norme s'inscrit donc très bien dans le cadre du travail sur la biodiversité.


En outre, cette norme a également rassemblé une combinaison de communautés et d'organisations autochtones, ainsi que d'organisations internationales, toutes ralliées à ce même point. Cela contribue vraiment à amplifier cette position.


 


Comment définiriez-vous la relation historique entre la culture des peuples autochtones et la terre ?


Cette relation est très bien exprimée dans le dicton de la communauté Karen en Thaïlande : "Pas de forêts, pas de vie". Beaucoup de gens disent que c'est parce que les forêts donnent de la nourriture, des médicaments, de l'énergie (bois de chauffage), des matériaux pour la construction et le tissage, etc. Mais il y a beaucoup de croyances et de rituels associés aux forêts. Le peuple Karen croit que les esprits humains sont liés à la forêt. Et lorsqu'ils meurent, ils retournent dans les forêts, et leurs ancêtres vivent dans les forêts.


Cela signifie que si les forêts sont détruites, après votre mort, vous n'aurez aucun endroit où aller, et aussi tous les esprits de vos ancêtres seront partis. C'est la fin de tout pour eux lorsque les forêts et la biodiversité disparaissent.


 


Qu'auriez-vous aimé voir de la CoP15 pour déclarer que l'événement est un succès pour les peuples autochtones, les droits fonciers et la biodiversité tout court ?


Si la Vision 2050 de la CDB de vivre en harmonie avec la nature doit être réalisée, alors la CdP15 aurait dû réaliser et affirmer qu'une relation est nécessaire entre les humains et les non-humains dans la nature. La reconnaissance de la gouvernance autochtone de leurs terres et territoires et des aires conservées, et de la gouvernance équitable des systèmes d'aires protégées pour atteindre les objectifs 30×30, est très importante. De même, la reconnaissance du rôle des dirigeants et des communautés autochtones en tant que solution de rechange pour atteindre les objectifs de la CDB et l'établissement de véritables partenariats avec nous, avec des fonds mis à disposition, sont très importants. Enfin, la protection des défenseurs des droits fonciers doit être assurée, y compris l'accès à la justice, les mesures correctives et les sauvegardes.


Pour les commentaires et les questions concernant la norme sur les droits fonciers, contactez Alain Frechette.  Cette interview a été postée par l'Initiative pour les droits et les ressources.  Photo de couverture : Un portrait de femmes Hmong à Mae Salong, en Thaïlande ; Kibae Park, UN Photo.


Partagez cette page