Renforcer la capacité d'inclusion dans le processus de planification de l'utilisation des terres | Land Portal
Author(s): 
Sefanit Minwuyelet
Language of the news reported: 
anglais

Préparer le terrain pour une planification efficace de l'utilisation des terres

Le droit à la terre est un droit fondamental qui a des implications pour d'autres droits, tels que le droit à l'alimentation et le droit à la sécurité. Récemment, les taux élevés de croissance démographique, l'expansion urbaine non réglementée et la mauvaise utilisation des ressources ont entraîné la dégradation des terres, la perte de biodiversité et des conflits d'accès. Une approche intégrée et participative de l'utilisation et de la gestion des terres est essentielle si l'on veut que les ressources soient utilisées de manière durable et équitable à l'avenir.

Les parties prenantes, y compris les groupes vulnérables et marginalisés, ne sont pas conscientes des besoins et des intérêts de chacun, ni de leurs propres droits. Il est donc nécessaire de leur fournir des informations pertinentes afin que leurs intérêts et leurs besoins soient pris en compte dans le cadre de leur participation aux processus de planification de l'utilisation des terres.

L'approche de la planification de l'utilisation des terres fondée sur les droits de l'homme (HRBA) est centrale à cet égard, car elle favorise la prise de conscience des droits fonciers et de la capacité des communautés à les revendiquer et à en tirer profit. De même, une approche transformatrice du genre (ATG) des mesures d'aménagement et de planification est nécessaire pour promouvoir un régime foncier équitable pour les deux sexes et encourager la participation des femmes aux processus d'aménagement du territoire. En soutenant ses partenaires dans la mise en œuvre de ces mesures, le projet Participatory and Integrated Données sur l'utilisation des terres Planning (PILUP II) mis en œuvre par la GIZ cherche à promouvoir et à renforcer la pratique de la planification participative et intégrée de l'utilisation des terres.

Comprendre les causes profondes du problème

Pour résoudre les problèmes et les défis liés à l'utilisation des terres, il faut trouver un équilibre entre des intérêts contradictoires et concilier des objectifs concurrents. Les intérêts et les droits fonciers des petits exploitants agricoles et des éleveurs, des femmes, des communautés locales et des citadins sont souvent minimisés par rapport à ceux des autres. Les occasions d'influencer la prise de décision et de garantir leurs droits peuvent être manquées, et lorsque la perte de terres entraîne la perte de moyens de subsistance, de logements et de nourriture, cela conduit à une augmentation de la pauvreté et de l'inégalité.

Dans le cadre de ses efforts de sensibilisation aux diverses réglementations et aux processus et approches participatifs et intégrés d'aménagement du territoire, le projet a organisé une formation sur les droits de l'homme et l'intégration de la dimension de genre dans l'aménagement du territoire. Cette formation des formateurs a été suivie par des participants des ministères fédéraux, des organisations de la société civile et des bureaux fonciers des régions Amhara, Benishangul Gumuz et Oromia.  

S'exprimant à cette occasion, le directeur du département des droits socio-économiques de la Commission éthiopienne des droits de l'homme, le Dr Brightman Gebremichael, a souligné que chaque fois qu'il y a une entreprise d'aménagement du territoire, une approche des droits de l'homme devrait sous-tendre toutes ses étapes afin que les mesures impliquent et profitent à tous les membres de la communauté.

Hawi Asefaw, une jeune stagiaire passionnée par les droits de l'homme, explique : "Il y a une lacune dans la compréhension des droits fonciers et des autres droits socio-économiques en tant que droits de l'homme parce que la plupart des gens associent les droits de l'homme uniquement aux droits à la vie, à la nourriture, au logement et à l'autodétermination".  Elle a ajouté qu'une réticence à utiliser des approches basées sur les droits de l'homme et sur la transformation du genre pour les questions liées à la terre peut avoir des conséquences négatives pour les secteurs sociaux et économiques. Mettant l'accent sur l'inclusion comme moyen d'éviter et d'atténuer les conflits, elle a fait remarquer : "Se concentrer sur une approche fondée sur les droits de l'homme nous permettra de ne laisser personne de côté et de minimiser, d'atténuer et de résoudre les litiges fonciers. C'est ce que j'aimerais m'efforcer de réaliser dans mon travail futur".

Les avantages de l'utilisation intégrée des terres

Des Données sur l'utilisation des terres qui équilibrent et harmonisent les objectifs économiques, environnementaux, sociaux et culturels soutiendront mieux l'Aménagement du foncier et réduiront davantage la pauvreté. Ils protègent également les droits fonciers des personnes vulnérables et permettent de mieux équilibrer les objectifs concurrents en matière d'utilisation des terres. Les organisations de la société civile et les communautés locales, y compris les groupes vulnérables et marginalisés tels que les femmes, devraient non seulement être impliquées dans les processus de planification générale, mais leurs intérêts et leurs besoins devraient également être activement consultés et pris en compte.

La planification de l'utilisation des terres et les processus de prise de décision manquent souvent de transparence, ce qui défavorise certains groupes d'intérêt. En outre, des systèmes de compensation inadéquats suscitent la frustration des parties prenantes et des communautés locales, et les processus de planification et de prise de décision ne tiennent souvent pas compte des besoins des femmes et d'autres groupes vulnérables. L'implication des communautés locales et des parties prenantes dans les processus d'aménagement du territoire garantit que les gens connaissent et peuvent faire valoir leurs droits, ce qui constitue la base d'un aménagement du territoire efficace.
 

La voie à suivre
La formation vise à informer les participants sur la valeur ajoutée des approches fondées sur les droits de l'homme et la transformation du genre dans les processus d'aménagement intégré du territoire, et sur la manière dont ces approches peuvent être appliquées dans l'aménagement du territoire et la mise en œuvre des plans intégrés d'aménagement du territoire. En outre, les stagiaires seront équipés pour dispenser une formation sur les deux approches au niveau régional aux acteurs clés concernés, tels que les organes de décision, les autorités foncières, les utilisateurs des terres et d'autres personnes touchées par les changements d'utilisation des terres dans les trois régions pilotes du projet, Amhara, Benishangul Gumuz, et Oromia.

La sensibilisation des communautés contribuera à terme à leur donner les moyens de revendiquer et d'exercer leurs droits tout en renforçant la capacité des parties prenantes à respecter, protéger, promouvoir et mettre en œuvre les droits de l'homme.

À propos du projet de Données sur l'utilisation des terres participatives et intégrées
Le projet d'Aménagement participatif et intégré du territoire (PILUP II), financé par le ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement (BMZ) et mis en œuvre par la GIZ, vise à intégrer les besoins de tous les secteurs et parties prenantes afin de promouvoir une utilisation durable et équitable des terres sur la base des principes des droits de l'homme et avec la pleine participation et l'implication des communautés locales.

 

 

Copyright © Source (mentionné ci-dessus). Tous droits réservés. Le Land Portal distribue des contenus sans la permission du propriétaire du copyright sur la base de la doctrine "usage loyal" du droit d'auteur, ce qui signifie que nous affichons des articles de presse pour des fins d'information non commerciales. Si vous êtes le propriétaire de l'article ou d'un rapport et que vous souhaitez qu'il soit retiré, s'il vous plaît nous contacter à hello@landportal.info et nous le supprimerons immédiatement.

Divers articles de presse liés à la gouvernance foncière sont publiés sur le Land Portal chaque jour par ses utilisateurs, à partir de diverses sources, telles que les agences de presse et d'autres institutions et individus, ce qui représente une diversité de positions sur tous les sujets. Le droit est à la source de l'article; la Land Portal Foundation n'a pas le droit de modifier ou de corriger l'article, ni d'endosser son contenu. Pour apporter des corrections ou demander la permission de republier ou toute autre utilisation de ce contenu, merci de contacter le titulaire du droit d'auteur.

Partagez cette page