Global Water Initiative - Afrique de l'Ouest | Land Portal
GWI logo
Acronym: 
GWI
Focal point: 
Jérôme Koundouno

Location

Ouagadougou
Burkina Faso
BF
Working languages: 
English
French

La GWI en Afrique de l'Ouest est mise en œuvre par un consortium constitué par IIED et l'UICN, et travaille principalement dans cinq pays : le Burkina Faso, la Guinée, le Mali, le Niger et le Sénégal.

Le travail de la GWI en Afrique de l'Ouest est guidé par la vision et la mission de la GWI au niveau mondial. En effet, toutes les régions de la GWI s’efforcent d’engendrer un changement significatif par le biais d'un plaidoyer et d'initiatives politiques intégrés pour:

  • soutenir une gouvernance et l’élaboration de politiques plus efficaces à tous les niveaux pour garantir l'eau pour l'agriculture.
  • améliorer la qualité des connaissances et rendre les informations pertinentes accessibles aux exploitants familiaux, tout en optimisant l'utilisation et les pratiques de gestion de l’eau des principales parties prenantes.

Global Water Initiative - Afrique de l'Ouest Resources

Displaying 1 - 10 of 60
Reports & Research
September 2017
Niger

Construction of the Kandadji dam in Niger will involve, among other consequences, the appropriation of agricultural land owned by customary holders but also in many cases sub-holdings of other non-landowners. The government offered a long lease of 50 years for owners in compensation for their expropriated property rights.

Manuals & Guidelines
September 2017
Niger

Le Niger compte aujourd’hui 85 aménagements hydro-agricoles (AHA), qui s’étendent sur environ 16 000 hectares et font travailler plus de 40 000 exploitants.  Avec la pression démographique et la raréfaction des ressources naturelles disponibles pour l’activité agricole, l’informalité de la gestion du foncier des AHA et du statut des personnes qui les exploitent est devenue problématique.

Manuals & Guidelines
September 2017
Niger

There are 85 irrigation schemes in Niger that cover around 16,000 ha and are cultivated by 40,000 farmers. The informal status of these irrigation schemes, and their occupants, has created problems due to population growth and the increasing scarcity of natural resources.

Share this page